Santé
URL courte
Par
4331174
S'abonner

En tant que citoyen français ayant été atteint du coronavirus, le philosophe Michel Onfray estime que sa mission est de se faire vacciner pour réduire à son niveau le risque que d’autres vivent son expérience.

Michel Onfray a évoqué sur CNews la responsabilité de chacun dans les conditions actuelles et s'est dit «citoyen modèle» qui compte respecter le couvre-feu et recourir au vaccin dès qu'il est disponible.

«Je défends le civisme. Je crois qu'il faut se protéger en protégeant les autres», insiste-t-il dans la Matinale de CNews.

​«Je me ferai vacciner pour protéger les autres. Ce que j'ai vécu, je ne veux pas que les autres le vivent. Ça me paraît évident», souligne le philosophe qui a guéri du Covid-19.

Michel Onfray, 61 ans, a été testé positif au Covid-19 après un déplacement dans le Haut-Karabakh le 16 novembre. Parmi ses symptômes: maux de ventre et de tête, fièvre et fatigue. Sur son site, il qualifie sa guérison de «sortie de l'enfer».

Mesures à l'approche de Noël

Lors d'une conférence de presse hebdomadaire, Jean Castex a annoncé qu'un couvre-feu dès 20h00 entrerait en vigueur à partir du 15 décembre en France. Ces dernières semaines, la France se trouve sur «un plateau» où «le nombre de nouvelles contaminations ne se réduit plus», a précisé le Premier ministre.

Les déplacements seront autorisés dans la soirée du 24 décembre, a-t-il ajouté, rappelant la règle de pas plus de six adultes à la fois.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran a de son côté mis en doute l'éventualité des 5.000 contaminations par jour vers le 15 décembre, chiffre fixé par Emmanuel Macron pour envisager un déconfinement.

Lire aussi:

Décès de patients, statistiques troublantes et pressions: faut-il s’inquiéter du vaccin de Pfizer?
«Détruire le pays pour une maladie avec une mortalité aussi faible relève du pétage de plombs» - vidéo
Ce lapsus de Marion Maréchal sur ses ambitions présidentielles – vidéo
Tags:
vaccination, Covid-19, Michel Onfray
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook