Santé
URL courte
Par
8616
S'abonner

Le poisson figure dans la quasi-totalité des régimes alimentaires sains. Toutefois, certaines espèces sont à éviter, notamment en raison de la présence de mercure dans leur chair. CNews liste les poissons particulièrement dangereux, à éviter de préférence lors de vos repas.

Mercure et antibiotiques

En règle générale, il est recommandé de ne pas consommer de poissons prédateurs qui sont souvent riches en mercure parce qu’ils consomment eux-mêmes d’autres petits poissons contaminés. Il s’agit notamment de l’espadon. Il est préférable de se tourner vers les sardines, la sole ou la truite qui présentent les taux de mercure les plus bas.

Le thon rouge, réputé pour sa chair particulièrement grasse, est à éviter pour une autre raison: il est menacé d’extinction. Le thon blanc sera tout aussi bon pour les sushis, rappelle le site.

Le saumon est souvent l'emblème d’un régime sain et équilibré. Mais il s’agit du saumon sauvage, car les poissons d’élevage grandissent souvent dans de mauvaises conditions. CNews rappelle qu’ils sont nourris avec des matières grasses transformées afin de les faire grossir plus vite et qu’ils sont gavés d’antibiotiques. Cela étant, il est recommandé d’avoir dans son assiette du saumon sauvage d’Alaska.

Toutefois, un responsable du département de l'évaluation des risques liés aux aliments à l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail),avait précédemment déclaré qu’il était impossible de dire quels poissons étaient les plus contaminés.

«Les poissons sauvages peuvent être peu ou très contaminés, selon ce qu'ils ont mangé», avait-il déclaré au Figaro Santé.

Cadmium et PCB

La roussette, l’un des plus petits requins peuplant la Méditerranée et l’océan Atlantique, accumule beaucoup de cadmium et de mercure réputés nocifs pour la santé, poursuit CNews.

Enfin, l’anguille, très grasse, accumule des polychlorobiphényles (PCB) et du méthylmercure, très mauvais pour la santé.

«À haute dose, le méthylmercure est toxique pour le système nerveux central de l'homme, en particulier durant son développement in utero et au cours de la petite enfance», avait indiqué l’Anses.

L’agence recommande donc de limiter à une fois tous les deux mois la consommation de certains poissons d’eau douce comme l’anguille.

Lire aussi:

Un coup d'État a échoué au Soudan
L'Azerbaïdjan intercepte plus d'une demi tonne d'héroïne destinée à l'Europe
La France obtient le soutien des Européens face à Washington
Tags:
Actualités, Société, Santé, poisson, consommation, recommandations
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook