Santé
URL courte
Par
3513
S'abonner

Du 24 décembre au 12 janvier, l’Irlande réinstaure un confinement afin de lutter contre l'augmentation des cas de nouveau coronavirus, prévoyant toutefois certains assouplissements et des exceptions pour les fêtes de Noël, a déclaré ce mardi 22 décembre le Premier ministre du pays.

L'Irlande réinstaure un confinement dû au Covid-19, dans une forme allégée, à partir du 24 décembre et jusqu'au 12 janvier, selon le Premier ministre du pays.

Y seront ainsi fermés des restaurants, pubs et certains magasins à partir de Noël et pour moins d'un mois, après un premier confinement, suite à l'avertissement des autorités sanitaires que le pays plonge dans une troisième vague de Covid-19.

Lors d'une conférence de presse ce 22 décembre, le Premier ministre irlandais, Micheal Martin, a évoqué la hausse «extraordinaire» des nouveaux cas d’infection dans le pays. Selon lui, il s’agit du même schéma de propagation qui était observé au Royaume-Uni et dans toute l'Europe.

Le gouvernement a décidé de retourner à son plus haut niveau d'alerte, consistant à demander aux gens de rester chez eux, avec néanmoins certains ajustements: certains magasins non-essentiels pourront rester ouverts mais les soldes de janvier sont reportées.

Les visites entre foyers différents seront permises jusqu'au 26 décembre inclus. Les écoles resteront ouvertes.

L'Irlande a l'un des taux d'incidence les plus bas en Europe, après avoir temporairement fermé des magasins, les bars et les restaurants début octobre. Contrairement à une grande partie des pays européens, ces établissements ont été largement réouverts en décembre.

Lire aussi:

Face à la Chine, les «Indiens se méfient» d’un affrontement général
Giuseppe Conte prévoit d’annoncer sa démission ce mardi
L’Institut Pasteur arrête son principal projet de vaccin contre le Covid-19, pas assez efficace
Résistance au vaccin, nouveaux variants du virus en France: l’épidémie peut-elle dégénérer?
Tags:
confinement, Covid-19, Irlande
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook