Santé
URL courte
Par
846
S'abonner

Alors que 56% des Français sont hostiles à la vaccination, les États-Unis constatent un recul des antivaccins. Ces derniers n’étaient que 15% à la mi-décembre alors que deux millions d’Américains ont été immunisés au cours des trois premières semaines de la campagne de vaccination avec seulement sept incidents répertoriés.

56% des Français n’envisagent pas de se faire vacciner contre le Covid-19, selon un sondage BVA publié dimanche par le JDD et réalisé du 11 au 14 décembre.

La situation est toute différente aux États-Unis à en juger d’après un sondage ABC News/Ipsos publié lui aussi à la mi-décembre. Ses résultats témoignent de la confiance grandissante des Américains dans la vaccination.

Plus de huit Américains sur 10 ont déclaré qu’ils iraient se faire vacciner, 40% affirmant qu’ils se feraient immuniser dès que le vaccin serait disponible et 44% souhaitant attendre un peu avant de se faire vacciner.

Seulement 15% ont assuré qu’ils refuseraient complètement le vaccin.

Les intentions des Américains confortées par les résultats de la vaccination

Durant les trois premières semaines de la campagne, sept incidents seulement ont été recensés pour deux millions d’Américains immunisés.

Sur ces sept cas, une femme et un homme vaccinés mi-décembre en Alaska ont eu des réactions allergiques graves après avoir reçu le vaccin de Pfizer et BioNTech.

Un seul incident concerne pour l’instant le vaccin Moderna. La victime, un médecin de Boston, souffrait d’allergie.

Les vaccins recommandés même pour les allergiques

Face à un taux aussi minime de réactions sévères, l’autorité américaine de santé publique recommande les vaccins, y compris pour les allergiques. Elle leur demande simplement de rester sur le lieu de l’injection entre 15 et 30 minutes de plus au cas où des symptômes graves apparaîtraient.

Les deux vaccins susmentionnés ne sont contre-indiqués qu’en cas d’hypersensibilité à l’une de leurs substances actives ou d’un adjuvant, le polyéthylène glycol (PEG) en particulier.

Lire aussi:

Le Drian: «Il est urgent de dire à l'Iran que cela suffit»
«C'est un mal pour un bien»: un soldat français blessé lors d'une attaque terroriste au Mali témoigne
Couvre-feu à 18h: «On a le droit de déroger, alors faisons-le», lance un maire breton
Tags:
Pfizer, vaccination, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook