Santé
URL courte
Par
10130
S'abonner

La gestion de la crise sanitaire et le rythme de la campagne vaccinale ne sont pas idéals, mais «nous sommes dans nos objectifs», assure Christophe Castaner sur le plateau de BFM TV-RMC.

Malgré des difficultés, la campagne vaccinale va prendre de l’ampleur en France ce mois-ci, assure l’ex-ministre de l’Intérieur.

«Tout n'est pas parfait, mais nous sommes dans nos objectifs», affirme-t-il, à savoir faire vacciner un million de Français en janvier et continuer cette montée en puissance en février.

Admettant la veille sur TF1 que le rythme de vaccination «peut paraître trop lent» par rapport à d'autres pays, Emmanuel Macron a cependant soutenu que les autorités seront en mesure de proposer un vaccin à tous les Français adultes qui le souhaitent avant la fin de l’été.

​«Lenteur injustifiée»

M.Castaner a rappelé que le vaccin n’est pas la seule solution: il faut tester, tracer, isoler, soulignant néanmoins que la vaccination «va permettre de faire baisser la pression en quelques mois».

Depuis le début de la campagne vaccinale fin décembre, le gouvernement français est accusé de lenteur dans ses démarches. Ainsi, le 12 janvier, on ne comptait que 247.000 Français vaccinés, contre 688.000 en Allemagne, et 800.000 en Italie.

Début janvier, Marine Le Pen a qualifié la campagne vaccinale française de «risée du monde développé». Selon les informations du JDD, même le chef de l’État a été agacé par la «lenteur injustifiée», mettant la pression sur le gouvernement.

Depuis le rythme s’est accéléré. Le 2 février, le pays recensait plus de 1,5 million de premières injections de vaccins, et 103.276 deuxièmes injections.

La France est désormais le seul membre permanent du Conseil de sécurité de l’Onu sans son propre vaccin national. En effet, les grands gagnants de la course aux vaccins sont la Chine avec plusieurs vaccins (dont Sinopharm et Sinovac), le Royaume-Uni (AstraZeneca), les États-Unis (Pfizer/BioNTech, Moderna) et la Russie (trois vaccins, dont Spoutnik V et EpiVacCorona).

Récemment, l’Institut Pasteur a annoncé arrêter son principal projet de vaccin, faute d’efficacité. L’autre fleuron de l’industrie pharmaceutique française, Sanofi, accuse un retard de près d’un an pour la production d’un vaccin anti-Covid.

Lire aussi:

«Pédocriminel!»: Jack Lang insulté à Montpellier – vidéo
Navires iraniens en route vers le Venezuela? «Une provocation pour les USA, qui se prennent pour les rois du monde»
Incident nucléaire à Taishan: coup dur pour l’EPR made in France, en concurrence avec les USA
Tags:
Institut Pasteur, Sanofi, Covid-19, vaccination, vaccin
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook