Santé
URL courte
Par
24173
S'abonner

Dans le cadre d’une politique de bienveillance envers les patients transgenres, les sages-femmes des hôpitaux britanniques de Brighton et Haywards Heath sont invitées à adopter un langage plus inclusif. Désormais, au sein de ces établissements, il est possible d’entendre dire qu’une «personne qui a accouché donne la poitrine à son nouveau-né».

Par souci de tolérance vis-à-vis de la communauté LGBT+ et notamment des personnes transgenres, un office régional du système de la santé britannique chapeautant des hôpitaux auprès des universités de Brighton et de Sussex à Brighton et à Haywards Heath, dans le sud de l’Angleterre, invite ses sages-femmes à adopter un langage inclusif. La ville de Brighton est d’ailleurs connue pour abriter l’une de plus grandes communautés transgenres de Grande-Bretagne.

Tout d’abord, les «maternités» deviennent des «services périnatals», indique le Times qui fait part d’un document de l’office concernant la nouvelle politique linguistique.

Ensuite, le personnel des services périnatals est invité à utiliser le terme de «donner la poitrine» au lieu de «donner le sein». La «mère» peut être qualifiée d’«un.e parent.e qui a accouché».

Il est recommandé aux sages-femmes d’utiliser «le lait humain» ou bien le «lait de mère allaitante ou de parent.e» et non le «lait maternel».

Des parent.es et coparent.es

Parmi les autres changements, il convient de dire «une femme ou une personne» au lieu d’une «femme» tout court. Le mot «père» est remplacé par le/la «parent.e», «coparent.e» ou bien le/la «seconde parent.e biologique», selon les circonstances.

Lire aussi:

Une jeune femme violée dans le métro parisien, son agresseur déjà arrêté 11 fois pour des infractions sexuelles
Scènes de violences urbaines à Lyon entre la police et des habitants d'un quartier – vidéos
«Ça ne suffit pas»: les autorités exhortent les soignants à se faire vacciner «très rapidement»
Tags:
langage inclusif, couple gay, Gay Pride, transgenre
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook