Santé
URL courte
Par
0 39
S'abonner

Lors d’une discussion portant sur l’équité d’accès aux vaccins anti-Covid dans le monde, le secrétaire général de l’Onu a rappelé que 75% des vaccins étaient répartis entre les habitants de 10 pays, alors que dans quelque 130 autres aucune dose n’avait encore été administrée.

Les vaccins anti-Covid ont généré de l’espoir. Cependant, leur répartition est le plus grand test moral que la communauté internationale doit passer, a estimé le secrétaire général de l’Onu, Antonio Guterres, lors d’une réunion dédiée à l’équité d’accès à ces produits créés par des compagnies pharmaceutiques.

«Nous devons nous assurer que toute personne, où qu’elle se trouve, puisse être vaccinée le plus vite possible», a-t-il déclaré en constatant que la répartition du vaccin était «inégale et injuste».

Et de souligner que 75% des doses avaient été administrées dans 10 pays seulement, alors qu’aucune n’a encore été reçue dans plus de 130 pays.

Il explique que si l’on permet au virus de se propager dans les pays en développement, il mutera encore et encore, et que ses nouveaux variants risquent de devenir encore plus contagieux et dangereux, ce qui représente un risque concernant l’efficacité des vaccins.

Le G20 en charge du Covid

Et d’estimer que le monde nécessitait d’urgence un plan de vaccination global, permettant d’unir toutes les ressources nécessaires dans ce sens, allant des savoirs aux moyens financiers.

«Je considère que le G20 est dans une position qui lui permet de créer un groupe de travail spécial en vue de la préparation d’un tel plan et de ses ultérieurs financements et coordination.»

Lire aussi:

Castex: «Il faut tout faire pour retarder le confinement»
«Sur les plans diplomatique et militaire, l’UE ne peut absolument pas être prise au sérieux»
Nicolas Maduro lance un ultimatum à l’Union européenne
Natacha Polony: «Il y a eu un recul des libertés individuelles et publiques depuis un an qui est majeur» - vidéo
Tags:
Covid-19, ONU, vaccin
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook