Santé
URL courte
Par
Le vaccin AstraZeneca suspendu dans plusieurs pays (44)
4326177
S'abonner

Alors que la France vient de reprendre la vaccination avec l’AstraZeneca, les résultats de deux études menées par des chercheurs allemands et norvégiens livrent une possible explication de la formation de thromboses par le produit en question. L’équipe allemande dit également avoir découvert un traitement contre cette complication.

Après avoir examiné des cas de formation de thromboses chez les personnes vaccinées avec le produit d’AstraZeneca en Norvège, une équipe de chercheurs en est arrivée à la conclusion que ce vaccin crée un anticorps particulier, responsable de cet effet secondaire indésirable, rapporte le quotidien norvégien Verdens Gang. Travaillant indépendamment, des chercheurs allemands de l’Hôpital universitaire de Greifswald ont fait la même découverte. Il s’agit donc d’une possible explication des incidents apparus chez certains vaccinés avec la substance suédo-britannique, qui ont débouché, début mars, sur sa suspension par plusieurs pays européens.

«Nous n'avons pas d'autres antécédents chez ces patients, capables de provoquer une réponse immunitaire aussi forte. Je suis presque sûr que ce sont ces anticorps qui en sont la cause, et je ne vois pas d'autre raison que le vaccin qui les déclenche», explique au Verdens Gang le professeur d'hématologie et médecin en chef de l'hôpital universitaire d'Oslo Pål André Holme, qui a dirigé l’enquête portant sur les cas de cette complication en Norvège.

Une thérapie?

Une autre équipe de chercheurs, celle de l’Hôpital universitaire de Greifswald, en Allemagne, travaillant en concertation avec leurs collègues européens, a abouti à la même conclusion. D’après le communiqué paru sur le site de l’établissement, les chercheurs n’ont pas seulement identifié cette réaction causée par AstraZeneca mais ont également mis au point une thérapie contre cette complication.

«L'anticorps, qui se forme dans de rares cas après la vaccination [avec l’AstraZeneca, ndlr] active les plaquettes sanguines. Celles-ci agissent alors comme en cas de cicatrisation des plaies et déclenchent une thrombose cérébrale», explique le document en précisant que, comme ces résultants ont déjà été «largement transmis aux cliniques», la vaccination avec l’AstraZeneca peut reprendre.

«Très, très peu de gens vont développer cette complication. Mais si cela arrive, nous savons maintenant comment traiter les patients», a déclaré Andreas Greinacher, professeur de médecine transfusionnelle à l’Hôpital universitaire de Greifswald lors d'une conférence de presse, et dont les propos ont été repris par le Wall Street Journal.

Il est à noter que les deux études en question n’ont pas encore été publiées, ni examinées par des pairs. Le professeur Greinacher prévoit de publier prochainement les résultats de son étude dans la revue The Lancet.

Reprise de la vaccination dans plusieurs pays

Le 18 mars, l'Agence européenne des médicaments (EMA) a conclu que, «malgré un lien possible avec de rares caillots sanguins avec une baisse des plaquettes sanguines», les bienfaits du vaccin du laboratoire suédo-britannique l’emportaient toujours sur les risques. Une conclusion confirmée le lendemain par le Comité consultatif mondial de la sécurité vaccinale (GACVS) de l’OMS.

Tandis que, suite à l’annonce de l’EMA, plusieurs pays européens dont la France, l’Allemagne et l’Espagne ont pris la décision de reprendre la vaccination avec le produit en question, d’autres, tels la Norvège et le Danemark, ne l’ont pas encore fait en attendant les résultats de leurs propres examens.

Afin de donner l’exemple aux Français, dont seuls 44% se montrent disposés à se faire vacciner avec cette substance, selon un sondage de BVA-Orange-RTL émis le 19 mars, le Premier ministre, Jean Castex, se l’est fait inoculer une première dose le même jour.

Dossier:
Le vaccin AstraZeneca suspendu dans plusieurs pays (44)

Lire aussi:

«Danger pour la France», «guerre d’influence»: Jordan Bardella dézingue la Turquie d’Erdogan
Le centre d'enrichissement de Natanz touché par un acte «terroriste antinucléaire», selon Téhéran
Quand Erdogan dit ce que Zelensky veut entendre: des politiques criméens commentent le soutien turc
Tags:
anticorps, Covid-19, AstraZeneca
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook