Santé
URL courte
Par
58447
S'abonner

Alors que certains pays tentent de vacciner le maximum de leur population en rallongeant le délai entre les deux doses, une efficacité de 80% a été démontrée après la première injection des vaccins de Pfizer et Moderna et une de 90% après la seconde, indique une nouvelle étude américaine menée auprès du personnel soignant.

Un mois après que le vaccin de Pfizer/BioNTech a été jugé efficace dans 94% des cas en Israël, son efficacité, ainsi que celle du vaccin de Moderna, a été confirmée à 90% dans une étude américaine menée dans des conditions réelles.

Une efficacité de 90% a été enregistrée deux semaines après l’injection de la deuxième dose chez un échantillon de 3.950 membres du personnel soignant, expliquent les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC).

Suite à la première dose de l'un ou l'autre vaccin, le risque d'infection a été réduit de 80% deux semaines ou plus après.

L’étude a été menée dans six États américains sur une période de 13 semaines allant du 14 décembre 2020 au 13 mars 2021.

Les participants ont été soumis à des tests PCR chaque semaine, y compris ceux ayant développé des symptômes de la maladie. Parmi les personnes qui ont contracté le virus, 10,7% étaient asymptomatiques. La majorité des infections (58%) ont été dépistées chez les individus avant qu’ils ne développent des symptômes.

L'étude démontre ainsi que ces deux vaccins à ARNm sont susceptibles de réduire le risque de toutes les infections causées par le SARS-CoV-2, pas seulement celles symptomatiques, précisent les CDC.

Plusieurs pays dont le Royaume-Uni et le Canada ont opté pour la stratégie vaccinale de rallongement de l’écart entre les deux doses. Les autorités britanniques ont annoncé en janvier prévoir un écart de 12 semaines, alors que le Canada a recommandé d’élargir l’intervalle jusqu’à quatre mois pour vacciner le plus grand nombre possible de personnes. Ce alors que Pfizer préconise un délai de trois semaines entre les deux injections. Cet intervalle de trois à quatre semaines a été annoncé en France fin janvier.

Données précédentes

Ces résultats font suite à une étude de grande ampleur menée sur quelque 1,2 million de personnes soignées par l'un des plus importants organismes de santé d'Israël (Clalit Health Services) entre le 20 décembre 2020 et le 1er février 2021.

Une semaine avant la publication de cette étude, une efficacité de 85% du vaccin de Pfizer avait été constatée dans les 15 à 28 jours après injection chez 7.214 membres du personnel s’étant fait inoculer la première dose en Israël.

En novembre 2020, l'analyse définitive des tests cliniques du vaccin de Pfizer/BioNTech avait dévoilé une efficacité de 95%, alors que la société de biotechnologie américaine Moderna avait affirmé que son vaccin était efficace à 94,5%.

Efficacité des autres vaccins

Fin mars, l’entreprise britanno-suédoise AstraZeneca a réévalué son médicament. Jugé efficace à 79% dans un communiqué du 22 mars, le vaccin a finalement été jugé capable de prévenir les cas symptomatiques dans 76% des cas. Ce alors que son efficacité avait initialement été estimée à 70%. Il est efficace à 100% contre les cas sévères de la maladie.

Le vaccin à vecteur viral de Johnson & Johnson a démontré son efficacité à hauteur de 85% contre les formes graves et à 66% contre le Covid en général, d'après les résultats d’essais cliniques sur environ 40.000 personnes.

L’efficacité du vaccin russe Spoutnik V est de 91,6%, selon les données de la troisième phase des essais publiés dans la revue The Lancet.

Développé par le groupe chinois Sinovac, le CoronaVac a été évalué efficace à 50,38% lors des essais cliniques réalisés au Brésil.

Lire aussi:

La République tchèque expulse près de 70 employés de l’ambassade russe, Moscou promet une réponse
Jean Castex tient une conférence de presse - vidéo 
Les concepteurs du Spoutnik V «étonnés» par le silence des médias sur les décès après injection du Pfizer
La France menace la Russie et Poutine au sujet de Navalny, promettant des sanctions en cas de décès
Tags:
Spoutnik V, vaccin, Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC), Moderna, Pfizer
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook