Santé
URL courte
Par
1300
S'abonner

Face à l'approbation donnée au Spoutnik V par un laboratoire hongrois certifié par l'UE, le promoteur du vaccin a demandé au régulateur slovaque de présenter ses excuses, celui-ci ayant plus tôt diffusé de fausses informations sur une nocivité du médicament russe.

Le ministère slovaque de la Santé a dévoilé les résultats des tests du Spoutnik V effectués sur sa demande dans un laboratoire hongrois faisant partie du réseau des laboratoires officiels de contrôle des médicaments (OMCL). Celui-ci a confirmé l'innocuité et la fiabilité du vaccin russe qui avait été livré à la Slovaquie début mars.

«Les résultats sont corrects», a déclaré le ministre slovaque de la Santé Vladimir Lengvarskys, dont les propos ont été diffusés par la chaîne de télévision TA-3.

Sans préciser si le Spoutnik V recevrait l’aval pour une utilisation dans le pays suite aux résultats finaux de la partie russe attendus vers la fin du mois de mai, M.Lengvarskys a estimé qu’il existait deux solutions possibles: l’autorisation ou le refus. Pour l’instant, les résultats de la partie russe sont attendus, a ajouté le ministre slovaque.

Ce 7 mai, le RFPI a ainsi demandé à l'Institut d'État slovaque pour le contrôle des médicaments (SIDC) de présenter ses excuses pour avoir diffusé de fausses informations sur le médicament russe.

Le Spoutnik V au cœur d’un scandale en Slovaquie

Outre la Hongrie, qui, sans attendre l’aval de l’Agence européenne des médicaments (EMA), utilise déjà le Spoutnik V, la Slovaquie a été le deuxième pays au sein de l’Union européenne à l’avoir enregistré indépendamment du régulateur européen, mais n’a pas encore commencé à l’utiliser.

Le vaccin russe a été envoyé en Hongrie pour des tests il y a un mois après que le promoteur du Spoutnik V, le Fonds russe d’investissements directs (RFPI), avait accusé le pays d’avoir violé le contrat existant en faisant des essais du vaccin russe à l'Institut d'État slovaque pour le contrôle des médicaments (SIDC), alors que celui-ci n’est pas un laboratoire faisant partie du réseau des laboratoires officiels de contrôle des médicaments dans l'UE, «bien que de tels laboratoires soient disponibles».

Le RFPI a également qualifié de «campagne de désinformation» les propos du SIDC lequel, suite à ses essais, a estimé que le vaccin Spoutnik V n’aurait supposément pas les mêmes caractéristiques que celui décrit dans la revue The Lancet. Le promoteur du Spoutnik V a également demandé à Bratislava de retourner le lot qu’il avait reçu début mars, pour qu’il puisse être utilisé dans d’autres pays.

Le vice-Premier ministre Igor Matovic a par la suite qualifié de «terrible erreur» le fait que le vaccin russe ait été testé dans un laboratoire non certifié par l’Union européenne:

«[Ceci] a provoqué des retards multiformes totalement inutiles», a-t-il déclaré le 8 avril sur sa page Facebook en précisant qu’à l’issue des négociations de quatre heures avec la partie hongroise, il avait été décidé que les vaccins Spoutnik V utilisés en Slovaquie seraient évalués par un laboratoire certifié (OMCL) en Hongrie.

Plus tôt, l’achat par la Slovaquie d’un premier lot de vaccin Spoutnik V effectué le 1er mars, avait suscité un scandale dans le pays. Les désaccords parmi les personnalités au pouvoir ont conduit à la démission du Premier ministre Igor Matovic, qui avait notamment initié l’achat du médicament, et du chef du ministère de la Santé Marek Krejci.

Lire aussi:

Orage dans le Doubs: des grêlons géants brisent tout – photos
Paris: une femme heurtée par une trottinette électrique est dépouillée avant de mourir
Covid-19: «la stratégie de la peur», dernier outil d’«une élite dépassée»? – vidéo
Tags:
Hongrie, Slovaquie, Union européenne (UE), Spoutnik V, vaccin
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook