Santé
URL courte
Par
2513
S'abonner

La levée complète des restrictions liées au COVID-19 pourrait devoir être retardée en Angleterre en raison de la propagation d'un variant dit «indien» du coronavirus, a déclaré jeudi Boris Johnson, jugeant prématuré d'affirmer que la dernière étape du déconfinement aurait bien lieu comme prévu le 21 juin.

Le Premier ministre britannique a défini en début d'année un déconfinement en phases successives pour l'Angleterre - chaque entité du Royaume-Uni disposant de ses propres prérogatives en la matière - mais il a déjà averti que ce calendrier pourrait être remis en cause par la diffusion rapide du variant B.1.617.2.

Boris Johnson s'est dit satisfait du déroulement du déconfinement jusqu'à présent mais il a ajouté que sa poursuite allait désormais dépendre de la solidité de la «fortification vaccinale» face à ce variant.

«Je ne vois rien actuellement dans les données suggérant que nous devons nous écarter de la feuille de route mais nous allons peut-être devoir patienter», a-t-il dit.

Le ministre de la Santé, Matt Hancock, a déclaré au Parlement que les autorités évalueraient la situation le 14 juin afin de déterminer si les dernières restrictions peuvent être levées une semaine plus tard.

«Nous ne le ferons que si c'est sûr», a-t-il déclaré.

Le variant B.1.617.2 se propagerait plus rapidement que le B.1.1.7, dit «du Kent», qui était auparavant dominant, même si les vaccins continuent de protéger des formes graves de la maladie.

Samedi, les services de Public Health England (PHE) ont déclaré que l'injection de deux doses de vaccin contre le COVID-19 était presque aussi efficace contre le variant B.1.617.2 que conte celui du Kent.

Lire aussi:

Genou à terre des joueurs de l’équipe de France: «Un signe de soumission idéologique»
Les États-Unis vont-ils utiliser la mer Noire comme prochaine zone de conflit contre la Russie?
Une sénatrice française appelle directement à l'ingérence en Algérie
Tags:
Covid-19, Boris Johnson, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook