Santé
URL courte
Par
9474
S'abonner

Alors que les États-Unis s’intéressent de nouveau à l’idée d’une fuite d’un laboratoire chinois à l’origine de la pandémie, la Chine martèle qu’il appartient aux chercheurs et non aux services secrets d’établir les origines du Covid-19.

La Chine s’oppose fermement à l’hypothèse de la fuite de laboratoire du Covid-19 que les États-Unis ont remise en avant récemment.

«Nous appelons les États-Unis et d’autres pays à arrêter immédiatement la politisation des origines [du Covid-19, ndlr], il ne faut pas miner la coopération internationale en matière de recherche des origines du virus à des fins politiques», a déclaré Wang Wenbin, porte-parole de la diplomatie chinoise lors d’un point de presse.

Il a insisté sur le fait que l’émergence du virus est une question scientifique.

Le 26 mai, le Président américain avait informé avoir demandé à la communauté du renseignement de «redoubler d’efforts» pour mener l’enquête sur les origines du Covid-19. Selon Joe Biden, les services de renseignement américains disposent à ce stade de deux théories sur l’origine de la pandémie: soit l’émergence naturelle via un contact humain avec un animal infecté, soit l’hypothèse d’un accident en laboratoire.

Selon le communiqué de la Maison-Blanche, le rapport doit être présenté dans 90 jours.

«Dans le cadre de ce compte-rendu, j’ai demandé des recherches supplémentaires qui pourraient être nécessaires, y compris des questions spécifiques pour la Chine», a indiqué Biden.

La visite des experts de l’OMS en Chine

«Il est nécessaire d’être guidé par le principe de l'unité et de coopérer, et non pas de s’opposer», a remarqué M.Wenbin.

La Chine a rappelé avoir permis aux experts internationaux d’accéder à son territoire afin d’investiguer sur les origines du virus. «La partie chinoise adhère à une position ouverte et est prête à coopérer, nous avons invité à deux reprises des experts de l'OMS en Chine pour coopérer afin de clarifier l'origine du virus», a insisté le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

En janvier 2021, une première équipe d’experts de l’OMS s’est rendue à Wuhan en Chine pour enquêter sur les origines du virus. Les conclusions n’ont été publiées que fin mars. Bien que d’après le rapport une fuite de laboratoire soit «extrêmement improbable», Tedros Adhanom Ghebreysesus, directeur général de l’OMS, au moment de la présentation des résultats de cette enquête, avait critiqué le manque d’accès aux données brutes autorisé par les autorités chinoises. D’après lui, de nouvelles enquêtes avec des experts spécialisés doivent être menées.

Non à la «politisation»

La semaine dernière, la Chine avait déjà réagi aux propos de Biden via son ambassade aux États-Unis. Selon la mission diplomatique, la «politisation de la recherche» de l'origine du Covid-19 rend non seulement difficile la recherche de l'origine du virus mais donne également libre cours à ce que Pekin appelle le «virus politique».

En revanche, la Chine a fait savoir qu’elle soutient «une étude complète de tous les premiers cas de Covid-19 trouvés dans le monde et une enquête approfondie sur certaines bases secrètes et laboratoires biologiques du monde entier».

Lire aussi:

Le «gifleur» de Macron fait appel de ses condamnations complémentaires
Régionales: «Ces élections étaient sabotées dans tous les sens du terme»
«Je commence à vraiment comprendre les Français»: agacé, Laurent Delahousse recadre Schiappa et Faure - vidéo
Tags:
Joe Biden, Chine, laboratoire, virus, OMS, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook