Santé
URL courte
Par
Polémique autour de l'usage de la chloroquine contre le coronavirus - avril 2020 (19)
321332
S'abonner

Au début de la pandémie et en l’absence d’un protocole clair de traitement du Covid, le Conseil scientifique a été confronté à une importante pression politique pour autoriser l’hydroxychloroquine, molécule dont l’efficacité n’est pas prouvée et dont l’apôtre est le professeur Didier Raoult.

Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, affirme avoir enduré «une pression énorme» pour autoriser l’hydroxychloroquine dans le traitement du Covid au printemps 2020, confiait-il dans un courrier électronique adressé à un collègue américain, le professeur Anthony Fauci, immunologiste américain et membre le plus connu du groupe de travail sur le Covid-19 créé par Donald Trump.

Trois médias américains, à savoir CNN, le Washington Post et BuzzFeed News, ont eu accès et rendu publics des milliers de ses courriers électroniques datés de janvier à juin 2020, soit durant les six premiers mois de la crise sanitaire.

«J’éprouve une pression politique énorme pour autoriser l’hydroxychloroquine et la donner à tout le monde», écrit M.Delfraissy à M.Fauci le 25 mars 2020.

Il précise: «Comme vous pouvez le savoir, actuellement nous sommes confrontés au buzz médiatique depuis l’annonce faite par le docteur Didier Raoult à propos de l’efficacité de l’hydroxychloroquine. Ses données ne sont pas particulièrement convaincantes».

​«Nous pouvons observer un signal légèrement positif, mais il doit être confirmé par un essai randomisé bien mené», explique le médecin, évoquant des études sur les animaux, ainsi que sur les patients atteints de formes graves du Covid-19, qui étaient alors menées en France.

En parlant de la «pression politique énorme», le président du Conseil scientifique «pour le moment résiste».

Contacté par BFM TV, l’entourage du professeur relativise et assure que Jean-François Delfraissy «a résisté à toutes sortes de pressions, y compris politiques».

Au printemps 2020, il y avait «des pressions de tous bords pour libéraliser l’usage de l’hydroxychloroquine: intellectuels de droite comme de gauche, politiques qui déclaraient avoir été sauvés ou qui relataient que des amis avaient été soignés avec ce traitement», expose cette source.

Un infectiologue devenu viral

La controverse autour de la chloroquine et son dérivé l’hydroxychloroquine dans le traitement des malades du Covid-19 ne s’apaise pas depuis plus d’un an.

Didier Raoult, directeur de l’IHU Méditerranée Infection à Marseille et infectiologue renommé, a été et reste le premier défenseur de l’utilisation de cette molécule. Au printemps 2020, il a fait sensation en proposant l’hydroxychloroquine associée à l’azithromycine pour traiter le Covid.

«Tu m’emmerdes avec ta méthode»

Depuis mars 2020, Delfraissy essayait de convaincre Raoult de mener une étude randomisée sur l’hydroxychloroquine, ce à quoi Raoult rétorquait que «ça sert à rien», à en croire les extraits du livre «Raoult. Une folie française» publiés par Le Monde le 31 mai.

En avril 2020, les professeurs Delfraissy et Raoult ont une nouvelle fois échangé sur le sujet en présence d’Emmanuel Macron.

– Tu dis ça, Didier, mais les échantillons étaient bien trop faibles et tout le monde n’est pas d’accord […]. Tu aurais dû faire une vraie étude randomisée, répète Delfraissy.
– Tu m’emmerdes avec ta méthode. Moi je suis un médecin qui veut soigner les gens, coupe Raoult.

Le professeur marseillais insiste sur la polyvalence de cette molécule conçue initialement pour lutter contre le paludisme. Selon lui, l’hydroxychloroquine permet de «diminuer de 75% le risque de mort».

Pourtant, en octobre dernier, le rapport de l’essai international Solidarity, coordonné par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), conclut que l’hydroxychloroquine, ainsi que le remdésivir, le lopinavir et l’interféron n’ont pas d’effet significatif sur les patients hospitalisés pour Covid-19, que ce soit au niveau de la mortalité, de l’initiation de la ventilation ou de la durée d’hospitalisation.

Toutefois, une étude rétrospective publiée en avril dans Science Direct constate que l’administration précoce de l’hydroxychloroquine réduit de 38% le risque d’hospitalisation chez les patients atteints d’une forme légère du Covid-19, et de 73% le risque de décès.

En France, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a refusé l’utilisation plus étendue de l’hydroxychloroquine en octobre 2020. Les autorités sanitaires américaines ont déconseillé de traiter le Covid-19 avec de l’hydroxychloroquine en avril dernier. Début mai, la Russie a exclu cette molécule de la liste des médicaments autorisés pour traiter le Covid-19.

Dossier:
Polémique autour de l'usage de la chloroquine contre le coronavirus - avril 2020 (19)

Lire aussi:

Régionales: «Ces élections étaient sabotées dans tous les sens du terme»
«Je commence à vraiment comprendre les Français»: agacé, Laurent Delahousse recadre Schiappa et Faure - vidéo
La Chine annonce la découverte de deux gigantesques gisements de pétrole et de gaz
Tags:
Didier Raoult, Covid-19, hydroxychloroquine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook