Santé
URL courte
Par
244
S'abonner

Des chercheurs japonais ont développé un vaccin potentiel contre le choléra à partir de riz génétiquement modifié. Les volontaires ont montré une réponse immunitaire encourageante.

Le riz génétiquement modifié pourrait devenir un nouveau remède contre le choléra. Chaque année, de 13 à 40 millions de cas de choléra sont recensés et plusieurs dizaines de milliers de personnes meurent de cette maladie qui provoque une diarrhée sévère, selon l’OMS.

Fin juin, les chercheurs de l'Institut des sciences médicales de l'université de Tokyo ont annoncé la réussite de la première phase clinique de leur nouveau candidat vaccin contre le choléra, MucoRice-CTB.

«Je suis très optimiste pour l'avenir de notre vaccin, notamment en raison de résultats liés au dosage. Les participants ont répondu au vaccin aux doses faibles, moyennes et élevées, avec la réponse immunitaire la plus importante à la dose la plus élevée», a déclaré le professeur Hiroshi Kiyono, qui dirige le projet.

Un vaccin au cœur du riz

Le nouveau vaccin contre le choléra pousse dans des plants de riz à grains courts génétiquement modifiés. Ceux-ci produisent une portion non toxique de toxine cholérique B (CTB) qui provoque le choléra et qui peut être reconnue par le système immunitaire.

Les chercheurs cultivent le riz dans une pépinière couverte afin de garantir que le vaccin ne soit pas contaminé en isolant les plantes de l'environnement naturel.

La substance active se trouve dans les grains de riz, et cela constitue l’un des principaux avantages du médicament. D'autres sont produits à partir des plantes, le plus souvent à partir des feuilles, mais cela implique des étapes d’extraction et de purification, soulignent les chercheurs. Avec la substance active dans des grains, il suffit de les moudre et de stocker la poudre ainsi obtenue dans des sachets, facilement transportables et stockables, sans chaîne du froid.

Pour la vaccination il suffit de diluer la poudre dans une petite quantité d’eau.

«Un vaccin candidat oral, qui ne nécessite pas de chaîne du froid, a montré son efficacité sur les animaux et pourrait être bénéfique dans les endroits où l'infrastructure médicale est insuffisante», soulignent les chercheurs dans un article paru dans le Lancet Microbe fin juin.

Les essais ont été effectués entre juin 2015 et mai 2016, mais les résultats ont été publiés dans le Lancet Microbe fin juin 2021. Pour l'instant, les chercheurs prévoient de travailler avec des partenaires de l'industrie pharmaceutique pour amener le candidat vaccin à la prochaine phase d'essais cliniques au Japon et à l'étranger.

Une réponse encourageante mais aléatoire

Au cours des essais, 30 participants ont reçu quatre doses du vaccin pendant huit semaines, contre un placebo pour 30 autres personnes. Tous les volontaires étaient des Japonais âgés de 20 à 40 ans, expliquent les chercheurs.

Selon des tests réalisés deux et quatre mois après avoir reçu la dernière dose, les volontaires qui ont répondu au vaccin avaient des anticorps IgA et IgG spécifiques à la toxine cholérique B (CTB). Aucune preuve d'effets secondaires importants n’a été trouvée.

Pourtant, parmi ces 30 volontaires, 11 ont produit une réponse immunitaire faible. Selon les chercheurs, il existe un lien entre le microbiome intestinal et l'efficacité du vaccin.

«Lorsque nous avons vu ces données sur les 11 faibles et les non-répondants, nous avons pensé que la microflore intestinale avait peut-être une influence sur le résultat de la réponse immunitaire […]. Ceux avec la réponse immunitaire élevée, avaient une microflore plus diversifiée, et dans le groupe des participants à la réponse faible, la diversité était beaucoup plus faible», a indiqué M.Kiyono.

La diversité des vaccins

Actuellement il existe quatre vaccins contre le choléra, tous administrés sous forme de gouttes sur la langue, mais ils doivent être conservés au frais.

Le candidat vaccin MucoRice-CTB n’est pas le premier à être développé via des plantes transgéniques. Par exemple, la société pharmaceutique canadienne Medicago essaie d’obtenir un vaccin contre le Covid-19 à l'aide d'une technologie de production sur plantes. Ses essais du candidat vaccin sont actuellement en phase clinique 3.

Lire aussi:

L'efficacité du vaccin de Pfizer est tombée à 39% face au variant Delta, constate Israël
Le gouvernement fait revoter les députés en pleine nuit pour imposer le pass sanitaire à l’hôpital
Un système de DCA russe détruit l’ensemble des missiles israéliens ayant visé une ville syrienne
Tags:
plantes, OGM, choléra, vaccin
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook