Santé
URL courte
Par
15225
S'abonner

Le maintien par les autorités britanniques d’une quarantaine de 10 jours pour ceux qui arrivent de France à cause de la présence du variant sud-africain est une mesure excessive et datée scientifiquement, argue le secrétaire d'État chargé des Affaires européennes, alors que le variant majoritaire circulant en France est désormais le Delta.

Dès ce lundi, le Royaume-Uni a supprimé presque toutes les restrictions liées à la pandémie de coronavirus. Pourtant, en ce qui concerne les voyageurs arrivant en Grande-Bretagne depuis la France, les restrictions sont toujours maintenues.

Ainsi, le 16 juillet, le ministère britannique de la Santé a fait savoir que chaque personne arrivant de France même si elle est entièrement vaccinée doit observer une quarantaine de dix jours et se faire tester ensuite à deux reprises. Les résidents britanniques, venus de France, doivent également être soumis à cette quarantaine.

Selon les explications officielles, la mesure s’applique en raison de la «présence persistante» de cas en France du variant Beta (appelé précédemment sud-africain) et se pose en tant que «mesure de précaution pour protéger les avancées réalisées par le programme de vaccination du Royaume-Uni».

Une mesure non fondée scientifiquement

Le secrétaire d'État chargé des Affaires européennes Clément Beaune a critiqué ces restrictions.

«On a les critères sanitaires, et il nous semble que la mesure que prend le Royaume-Uni n’est pas complètement fondée scientifiquement. Nous la jugeons excessive parce qu’elle est fondée sur la diffusion trop détaillée du variant Beta (sud-africain), qui a été désormais assez bien maîtrisé. C’est l’autre variant Delta qui nous préoccupe désormais davantage», a-t-il déclaré, invité sur BFM TV ce 19 juillet.

Au 16 juillet, 63% des prélèvements positifs criblés au Covid en France avaient été attribués à la mutation L452R portée principalement par le variant Delta, selon l’agence Santé publique France. Quant au variant Beta, sa proportion dans les tests PCR criblés ne dépasse pas les 3%. Cette souche domine uniquement à La Réunion, précise l’agence.

Selon Clément Beaune, la France impose des mesures en se fondant sur les «critères scientifiques et sanitaires». Ainsi, les Britanniques qui se rendent en France ne sont pas obligés de faire une quarantaine s’ils sont complètement vaccinés, ils peuvent circuler librement sur le territoire français. Les non-vaccinées doivent par contre présenter un motif impérieux de leur déplacement et se confiner.

Une volte-face britannique

La semaine dernière, les autorités britanniques ont autorisé la levée de la quarantaine pour les personnes venant des pays qui sont sur la liste «orange», à savoir l’Italie et l’Espagne. Mais la France, qui en fait partie, reste une exception. Cette volte-face concernant l’Hexagone a provoqué une certaine exaspération.

«Bien que nous comprenions que la santé publique doit primer, cette annonce ébranlera sans aucun doute la confiance des consommateurs dans les voyages à l'étranger», a réagi un porte-parole de l'association des voyagistes britanniques, cité par Les Échos.
 

Lire aussi:

Le Conseil constitutionnel valide l'extension du pass sanitaire mais censure l'isolement obligatoire
Un ministre assure que l’État prendra en compte les «remarques» du Conseil constitutionnel, pourtant obligatoires
Le fils du chah d'Iran exhorte l'Occident à donner le coup de grâce à la République islamique
Tags:
souche de coronavirus, variant Delta du Covid-19, quarantaine, Royaume-Uni, voyages
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook