Santé
URL courte
Par
501390
S'abonner

Le variant Lambda circule activement en Amérique du Sud et est présent dans plus de 30 pays. Bien qu'il reste une mutation à suivre et ne «rivalise» pas avec l’Alpha ou le Delta, il ne sera pas l'ultime variant préoccupant durant la pandémie, a déclaré une responsable de l’OMS.

Le Lambda, mutation «relativement jeune» qui a été initialement détectée au Pérou en 2020, peut-il devenir majoritaire dans un futur proche? Pour le moment, cette souche, que l’Organisation mondiale de santé (OMS) qualifie de variant à suivre, circule dans plus de 30 pays, principalement en Amérique du Sud.

«Dans les pays où il a été détecté, il a vraiment décollé», a indiqué l’épidémiologiste Maria Van Kerkhove, responsable technique du Covid auprès de l’OMS lors d’une visioconférence le19 juillet.

Signalé pour la première fois à Lima en août 2020, le Lambda représentait 97% de toutes les séquences de coronavirus analysées au Pérou en avril, selon une étude menée dans le pays. Il est également actif au Chili, en Argentine et en Équateur.

Depuis son apparition, l'OMS le suit aux côtés d'autres souches d'intérêt au niveau mondial en coopération avec les États membres pour en savoir plus sur sa transmissibilité, gravité, capacité à échapper à l’immunité ou aux tests diagnostics. Pour le moment, il reste classifié de variant à suivre et non de préoccupant, car l’organisation n’a pas constaté de changements importants de ses caractéristiques, a fait savoir l’épidémiologiste. «Les Delta, Alpha, variants de préoccupation, ne rivalisent pas avec le Lambda», a-t-elle indiqué. Il est considéré comme préoccupant si sa souche présente des caractéristiques de transmission accrue, ou si sa gravité a augmenté. Actuellement, quelques milliers de ses séquences sont accessibles pour l’analyse.

Mme Van Kerkhove a en outre fait part de la croissance continue des contaminations dans le monde: «Au cours des sept derniers jours, au niveau mondial, il y a eu 11,5% des cas et il y a eu une augmentation de 1% des décès». L’Europe seule a enregistré une augmentation de près de 21%.

Dans ce contexte, la responsable de l’OMS n’exclut pas des pics dus aux nouveaux variants: «Le Delta ne sera pas le dernier variant préoccupant dont vous entendrez parler».

Le variant

Mi-juin, en déclarant le Lambda à suivre, l’OMS a identifié sa présence dans 29 pays. Il est «associé à des taux substantiels de transmission communautaire dans de multiples pays, avec une prévalence croissante dans le temps».

Fin juin, huit cas confirmés ont été recensés au Royaume-Uni, la plupart reliés à des voyages à l’étranger. Le 9 juillet, les autorités canadiennes ont annoncé avoir enregistré 11 cas. En Europe, le variant est présent en Allemagne, Belgique, France, Suisse, d’après GISaid, plateforme qui partage des données sur le coronavirus.

Les premières études, dont une de l'université de New York publiée début juillet, suggèrent que le Lambda pourrait être résistant aux anticorps produits par les vaccins à ARN messager (ceux de Pfizer-BioNTech et Moderna), mais ont conclu qu'il n’était pas assez persistant pour provoquer une perte significative de protection.

Lire aussi:

«J’ai un rendez-vous avec le Kremlin», ironise Philippot au sujet de ceux qui le financent – vidéo
«Pas le droit de marcher sur leur trottoir»: le tournage d’une série Netflix à Paris pose problème aux habitants
En Seine-Saint-Denis, ces deux prénoms sont les plus donnés aux bébés depuis 2018
Tags:
souche de coronavirus, OMS, Covid-19, variant Lambda, variant Delta du Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook