Ecoutez Radio Sputnik
    Sci-tech

    Russie-CEI: rétablir l'espace scientifique commun (ministre russe)

    Sci-tech
    URL courte
    0 10
    MOSCOU, 30 juin - RIA Novosti. L'ouverture de cours consacrés aux nano-systèmes à l'intention des jeunes chercheurs de la Communauté des Etats indépendants, contribue à rétablir l'espace scientifique commun de la Russie et de la CEI, a estimé lundi le ministre russe de l'Education nationale et de la Recherche Andreï Foursenko.

    Les représentants de 11 pays de la CEI s'initieront aux technologies les plus récentes dans l'étude des nanomatériaux et des nanostructures à l'Institut Kourtchatov, à l'Institut unifié d'études nucléaires de Doubna et à l'Institut de cristallographie Choubnikov.

    A l'époque de la guerre froide, a déclaré le ministre en s'adressant aux élèves, "il y avait deux superpuissances scientifiques, les Etats-Unis et l'URSS" et "il était très intéressant pour nous de rivaliser, même s'il y a eu beaucoup de choses négatives, par exemple le rideau de fer, très difficile à surmonter".

    Pourtant, à l'époque de l'URSS, de jeunes chercheurs établissaient des "liens horizontaux": en voyageant dans toute l'Union soviétique, ils apprenaient auprès des professeurs et scientifiques de leur âge, a rappelé le ministre.

    Les élèves s'initieront aux réalisations les plus récentes en matière de nano-systèmes et de nanomatériaux et à l'utilisation de différentes méthodes expérimentales dans les nanotechnologies modernes. Ils apprendront à réaliser des expériences de diffusion du rayonnement synchrotronique pour étudier et diagnostiquer l'état des nano-systèmes et des nanomatériaux, et échangeront les résultats de leur propre recherche.

    Les cours seront se tiendront jusqu'au 6 juillet.

    Lire aussi:

    Un robot capable de naviguer dans le flux sanguin créé en Chine (vidéo)
    Les terroristes internationaux optent pour un «djihad autonome»
    Comment la bombe atomique a changé le destin de l'URSS et du monde
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik