Ecoutez Radio Sputnik
    Sci-tech

    GLONASS: le lancement de trois satellites reporté à février 2010 (Roskosmos)

    Sci-tech
    URL courte
    Système de navigation spatiale GLONASS (171)
    0 10

    Le tir de trois satellites de navigation GLONASS-M, prévu initialement pour le 29 octobre au moyen d'un lanceur Proton, a été reporté à février 2010, a annoncé jeudi l'Agence spatiale russe Roskosmos.

    MOSCOU, 22 octobre - RIA Novosti. Le tir de trois satellites de navigation GLONASS-M, prévu initialement pour le 29 octobre au moyen d'un lanceur Proton, a été reporté à février 2010, a annoncé jeudi l'Agence spatiale russe Roskosmos.

    Roskosmos explique ce report par la nécessité d'améliorer "la fiabilité des trois appareils". "Des travaux supplémentaires sont en cours sur les appareils dont le lancement était prévu en 2009, conformément au programme d'amélioration des performances du système GLONASS", souligne le communiqué.

    Selon une source interne à l'industrie spatiale russe contactée par RIA Novosti, le problème est lié à un "défaut de fonctionnement" constaté sur un bloc de miro-puces dans un appareil sur orbite. Décision a été prise de retirer les satellites déjà installés sur la porteuse et les expédier à l'entreprise producteur en vue de remplacer les blocs et de les tester minutieusement, a expliqué la source.

    Le système de navigation russe GLONASS, équivalent russe du système américain GPS, assurera, grâce à une constellation de 24 satellites, une précision à 5,5 m près. Ce système est destiné à déterminer les coordonnées des objets sur terre et en mer. A terme, le nombre de satellites sera porté à 30.

    Dossier:
    Système de navigation spatiale GLONASS (171)

    Lire aussi:

    Les manœuvres d'un satellite russe provoquent une réaction nerveuse de l'Occident
    La Russie et l'Inde préparent un placement de parité des stations de navigation
    L'Algérie assurera le guidage de ses armes grâce au système russe GLONASS
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik