Ecoutez Radio Sputnik
    Grand collisionneur de hadrons

    Grand collisionneur de hadrons: première expérience réussie (CERN)

    Roy Langstaff © CERN
    Sci-tech
    URL courte
    0 0 0
    S'abonner

    Le Grand collisionneur de hadrons (LHC), le plus grand accélérateur de particules au monde a réussi lundi à faire entrer en collision pour la première fois des faisceaux de protons

    Le Grand collisionneur de hadrons (LHC), le plus grand accélérateur de particules au monde a réussi lundi à faire entrer en collision pour la première fois des faisceaux de protons, a annoncé le service de presse de l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN).

    "С'est un grand succès et nous l'avons réalisé en un temps très court. Mais il faut faire beaucoup de choses avant de pouvoir entamer le programme de recherches physiques sur le LHC", a déclaré le directeur général de la CERN Rolf Heuer.

    Après sa remise en marche, le Grand collisionneur de hadrons a fonctionné initialement avec une énergie de 450 giga-électron-volts, mais il faudra attendre le Nouvel an pour disposer d'une énergie supérieure à plus d'un TeV. Selon les physiciens, cette énergie sera suffisante pour découvrir le boson de Higgs, une particule instable, jamais observée jusqu'à présent, qui donnerait leur masse aux autres particules.

    Situé dans un tunnel circulaire construit à 100 m sous terre, sur la frontière franco-suisse, le collisionneur a été arrêté le 19 septembre 2008 à la suite d'un accident dans le secteur 3-4. L'une des 10.000 jonctions entre les aimants supraconducteurs destinés à orienter les faisceaux de particules a lâché alors que les techniciens procédaient à un test. La panne a en partie détruit le système de refroidissement de l'accélérateur, provoquant une fuite d'environ une tonne d'hélium liquide et une hausse brutale de la température des aimants.

    Tags:
    Grand collisionneur de hadrons (LHC), Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN), Rolf Heuer
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik