Ecoutez Radio Sputnik
    Sci-tech

    Egypte: découverte du tombeau d'une reine pharaonique

    Sci-tech
    URL courte
    0 11

    Le tombeau de la reine pharaonique Behenu, vieux de plus de 4.000 ans, a été mis au jour par des archéologues français non loin du Caire, a annoncé mardi à RIA Novosti le porte-parole du Conseil suprême des antiquités (CSA) égyptiennes.

    Le tombeau de la reine pharaonique Behenu, vieux de plus de 4.000 ans, a été mis au jour par des archéologues français non loin du Caire, a annoncé mardi à RIA Novosti le porte-parole du Conseil suprême des antiquités (CSA) égyptiennes.

    Dans la banlieue de la capitale égyptienne des archéologues français ont découvert la chambre funéraire de la reine Behenu. Le sarcophage en granit rose abritant sa dépouille est parfaitement conservé, a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

    Selon l'archéologue, la chambre funéraire de la pyramide haute de 25 mètres est très endommagée. Seuls quelques fragments de deux murs intérieurs ornementés de prières funèbres gravées dessus sont restés intacts. Ce genre d'inscriptions a été découvert pour la première fois dans la chambre funéraire du pharaon Ounas et ne sont typiques que des pyramides pharaoniques de la Ve et VIe dynasties (2465-2158 avant JC).

    Les nombreuses inscriptions murales n'évoquant pas le nom de son époux, les scientifiques ne peuvent pas encore déterminer si Behenu fut l'épouse du pharaon Pépi Ier (2235-2228 avant JC environ) ou de son fils cadet Pépi II (2246-2152 avant JC environ).

    La mission archéologique française fouillant la nécropole de Pépi Ier a déjà mis au jour sept tombeaux de reines, dont Inenek, Noubounet, Mérétitès II, ayant vécu sous le règne des pharaons Pépi Ier et Pépi II.

    Lire aussi:

    Le drone US abattu par l'Iran a effectivement violé sa frontière, selon la Défense russe
    Un Boeing de Kuwait Airways emboutit une passerelle dans l’aéroport de Nice (vidéo)
    Deux Eurofighter de l'armée allemande entrent en collision, un pilote tué (vidéos)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik