Ecoutez Radio Sputnik
    La Terre est-elle « attaquée » par les comètes ?

    La Terre est-elle « attaquée » par les comètes ?

    © ru.wikipedia.org/Remanzacco Observatory/cc-by-sa 3.0
    Sci-tech
    URL courte
    0 0 0 0

    En 2013 les habitants de la Terre pourront observer plusieurs comètes rares. En mars la comète Lemmon, sera, pour sa première apparition dans le système solaire, visible dans l'hémisphère nord. La comète Lemmon sera suivie de deux autres, dont une comète géante, ISON, plus lumineuse que la pleine Lune.

    Les astronomes russes attendent ce géant céleste avec un émoi particulier car ils l'ont découvert en septembre dernier. Cette rencontre tant attendue aura lieu dans plus de six mois. Quant à sa « soeur cadette », la comète Lemmon, elle est pratiquement prête à se montrer dans toute sa beauté. Les astronomes expliquent sa couleur verte par la fluorescence du cyanogène et du carbone diatomique. Elle a été découverte en mars 2012 par l'observatoire du mont Lemmon qui lui a donné son nom.

    Au fur et à mesure que la comète se rapprochera du Soleil elle aura une magnitude de 2-3 et sera visible comme les étoiles de la Grande ourse. Pour les astronomes c'est un événement emblématique : des dizaines de comètes sont découvertes chaque année, mais très rares sont les comètes vues à l'oeil nu. En outre voir la comète est une chance unique pour les générations actuelles, a raconté à La Voix de la Russie Lidia Rykhlova, chef de la section d'astrométrie spatiale à l'Institut d'astronomie de l'Académie des sciences de Russie :

    « La période de cette comète est de plus de 200 ans. Ce n'est pas, par exemple, la comète de Halley qui revient tous les 75 ans. La durée de son orbite est supérieure à deux siècles ».

    Historiquement les comètes étaient considérées comme des présages de malheurs : de mauvaises récoltes, de catastrophes naturelles ou de guerres. Cette année, plusieurs comètes brillantes seront visibles. Pourquoi « attaquent-elles » la Terre ? Sont-elles porteuses de menaces ?

    De tels présages n'ont jamais été confirmés, dit Léonid Elenin, astronome russe célèbre dont le nom a été attribué à une comète.

    « Les comètes sont jusqu'à présent entourées de préjugés pseudo-scientifiques. En 1910, l'humanité se préparait au passage de la Terre à travers la queue de la comète de Halley en craignant d'être empoisonnée par le cyanogène. Nous voyons que rien ne s'est produit. Somme toute, les comètes ne présentent pas une menace pour la Terre. La probabilité de collision est infime. Les comètes doivent être étudiées et non pas redoutées ou liées à des événements négatifs ».

    Pour ce qui est de la fréquence accrue de leur apparition, les astronomes démentent. Les comètes ne viennent pas plus souvent : c'est que les moyens d'observation se sont perfectionnés. Une explosion informationnelle s'est produite à la charnière du XX et du XXI siècles. Les observations, autrefois épisodiques, sont devenues régulières. Des télescopes plus puissants, des capteurs photographiques, des ordinateurs enregistrant des corps célestes permettent de détecter des objets, d'en déterminer les coordonnées et d'envoyer les données au Minor Planet Center dont les catalogues permettent de dire s'il s'agit d'un corps céleste nouveau ou non. T

    Lire aussi:

    Un corps céleste unique en son genre découvert dans notre Système solaire
    La pluie d'étoiles filantes des Perséides atteindra son pic le 12 août
    La Terre s’apprête à vivre une pluie d’étoiles filantes hors du commun
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik