Ecoutez Radio Sputnik
    Un laser géant pour la synthèse thermonucléaire

    Un laser géant pour la synthèse thermonucléaire

    © Photо: ru.wikipedia.org
    Sci-tech
    URL courte
    0 17 0 0

    Le laser le plus puissant du monde destiné à la synthèse thermonucléaire entrera en fonction en Russie en 2020. Il sera installé près de Sarov, ville fermée où se trouve un centre de recherche nucléaire dans la région de Nijni Novgorod sur la Volga.

    Le laser sera utilisé par les scientifiques aussi bien russes qu'étrangers. Ses dimensions seront impressionnantes : il sera long de 360 mètres et haut comme un immeuble de 10 étages. Sa vocation principale sera les études de différents aspects de la physique de haute énergie, notamment des phénomènes d'ignition et de combustion du combustible nucléaire. Les médias russes ont mentionné que le système serait également utilisé à des fins de la défense : le plasma chaud et dense est étudié pour développer l'arme thermonucléaire.

    Le constructeur général des systèmes de laser à l'Institut de recherche de la physique expérimentale Sergueï Garanine a évoqué à La Voix de la Russie les résultats que les scientifiques voulaient obtenir grâce au système de Sarov.

    Comment expliquer le besoin actuel de la Russie en laser si puissant ?

    Les lasers permettent d'étudier la physique de la matière à haute densité d'énergie. C'est à cette fin qu'il a été décidé de construire un tel laser dans le centre de recherche nucléaire de Sarov. Mais ce laser sera accessible aussi bien aux spécialistes de notre pays qu'aux spécialistes étrangers.

    Lorsqu'on dit installation à vocation double, on sous-entend son utilisation à des fins militaires. Où est-ce qu'on peut utilser des lasers aussi puissants dans le domaine militaire ?

    Vous comprenez bien que je ne peux pas divilguer cette information. Mais je peux dire que de telles installations existent partiquement dans tous les laboratoires nucléaires du monde : en Amérique, en France, en Chine.

    Selon certaines informations cette installation aidera à développer l'arme thermonucléaire. Est-que nous développons jusqu'à présent une bombe à hydrogène ?

    L'information n'est pas correcte. L'arme thermonucléaire est de fait développée. A ce que je comprends dans le contexte actuel où les essais sont interdits - je ne suis pas un spécialiste et mes commentaires reposent sur les données de la presse – il n'y a plus de problèmes. Tous les problèmes sont plus ou moins réglés au niveau des Etats-Unis, de la France, et par toutes les autres puissances nucléaires.

    Dans quels domaines de la physique de haute énergie le laser sera demandé ?

    Il permettra, par exemple, de nous rapprocher des caratéristiques de rechauffement et de compression de la matière des étoiles telles que le Soleil. C'est pourquoi l'étude du plasma de haute température qui peut être obtenu grâce à cette installation intéressera les astrophysiciens. Souvent les problèmes résultent du fait que l'humanité ne possède pas des connaissance exhaustives des propriétés de la matière surtout dans les conditions de hautes densité et pression. Il y a de nombreux autres domaines qui intéressent les scientifiques.

    Comment l'expérience de la construction de ce laser sera utilisée pour la création du futur réacteur thermonucléaire en Russie ? Peut-on parler des délais concrets ?

    Si nous revenons en arrière, la première centrale atomique a été créée presque simultanément avec la création de l'arme atomique. Les pères fondateurs qui avaient réalisé l'ignition sur le polygone espéraient qu'un réacteur thermonucléaire sera prochainement construit. Mais nous n'avons pas réussi à créer un tel réacteur depuis les années 1950. Le problème s'est avéré être très compliqué. Les études fondamentales sont menées jusqu'à aujourd'hui. C'est pourquoi il est prématuré de parler des délais. Je pense que si les Américains, nous ou les Français parviennent à l'ignition du combustible thermonucléaire cela donnera lieu au développement du réacteur thermonucléaire. Mais l'ignition du combustible ne signifie pas encore la solution du problème. Il faut en plus développer les technologies du laser pour parvenir à un laser à impulsion périodique. Car pour que l'énergie électrique produite par une telle installation soit avantageuse, il faut que le laser tire à une cadence de 10 tirs par secondes. Mais de tels lasers n'existent pas. Le développement des technologies auquel nous parviendront grâce à cette installation contribuera à l'apparition de nouveaux matériaux et de nouvelles approches dans la création de lasers. Les scientifiques s'en occupent très concrètement.

    Est-ce que les résultats obtenus grâce à ce laser seront utilisé pour le réacteur de Cadarache construit par plusieurs pays ?

    Les principes des installations sont différents. Mais de toute façon les processus d'ignition sont semblables. Les études réalisées sur les deux installations vont se compléter. /L

    Lire aussi:

    Pyongyang n'aurait pas testé un engin thermonucléaire au sens propre du terme
    Réacteur thermonucléaire ITER: la Russie «à l'avant-garde du projet»
    Aux USA, un «premier essai» d'arme laser... déjà réalisé il y a 30 ans en URSS
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik