Sci-tech
URL courte
0 00
S'abonner

Les scientifiques suédois de l’Ecole polytechnique Chalmers à Göteborg, en Suède, ont mis en œuvre un bras artificiel qui se fixe directement sur le squelette, les muscles et les nerfs, ce qui permet à son détenteur de contrôler la prothèse par la pensée.

Des études dans ce domaine ont été menées depuis longtemps et on a réussi à créer des véritables prototypes de prothèse de bras, qui ont parfois pu être testées et utilisées. Pourtant, leur manipulation était basée sur la contraction musculaire grâce à des capteurs connectés au corps humain. Mais le système ostéo-intégré élaboré par les chercheurs de l’école Chalmers doit élargir les possibilités d’utilisation de ce bras robotique, puisque ce bras pourra notamment discerner des micromouvements.

« Cela permet d’établir une liaison intime entre le corps et la machine, la biologie et la mécatronique », explique Max Ortiz Catalan, le directeur du projet.

Au début de l’année dernière, le chauffeur d’un camion qui a perdu son bras il y a dix ans, a pu participer à ce projet. Selon les scientifiques, cette personne est maintenant capable d’effectuer tout travail exigé par son métier. Il n’a aucun problème pour faire le ménage, il peut aussi ouvrir un paquet d’œufs ou lasser des patins. Cela montre que le bras robotisé permet d’exécuter des mouvements lents de translation.

A l’heure actuelle, les chercheurs continuent à travailler sur ce projet. L’étape suivante consistera à transmettre les signaux de la prothèse au cerveau afin d’effacer toute différence entre le bras robotique et le bras classique. Si ce projet suscite l’enthousiasme, il comporte pourtant un risque, celui de provoquer le désir chez les gens de se munir de parties mécaniques corporelles afin de remédier à l’imperfection physique du corps humain. Mais il ne s’agit à ce stade que d’un futur lointain, qui n’a rien à voir avec les besoins médicaux actuels. La question qui se pose est de savoir quand ces avancées scientifiques seront utilisées pour créer des robots humains…

Contenu réalisé à partir d’informations émanant de sources ouvertes. /N

 

Lire aussi:

Deux policiers US poussent un homme de 75 ans qui finit en sang sur le trottoir – vidéo choc
Trois des quatre auteurs de l'étude du Lancet sur l’hydroxychloroquine se rétractent
Linda Kebbab, policière insultée: «je ne suis pas une indigène, je suis Française!»
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook