Sci-tech
URL courte
0 51
S'abonner

La Nasa ne dévoilera pas les résultats de ses recherches médicales concernant l'impact qu'aura le séjour d'un an de l'astronaute Scott Kelly dans l'espace, rapporte Nature News.

Le deuxième mécanicien de bord, Scott Kelly, séjourna sur la Station spatiale internationale (ISS) de fin mars 2015 au printemps 2016. Pendant cette période et après son retour, les scientifiques vont suivre les changements de santé de l'astronaute, qui seront comparés à ceux de son frère jumeau, Mark Kelly, autre astronaute de la Nasa qui a récemment pris sa retraite.

Les médecins sont intéressés par les transformations physiologiques et biologiques qui se produiront dans le corps de Scott Kelly sous l'impact de l'apesanteur et de la radiation élevée en orbite, par exemple les changements des capacités cognitives, du cerveau, de la microflore intestinale, du métabolisme et du système immunitaire. Une attention particulière sera portée aux transformations génétiques qui pourraient être observées chez Scott Kelly.

Notamment, la Nasa est intéressée par les changements de la méthylation de l'ADN et de la taille des télomères, les régions situées à l'extrémité d'un chromosome qui ont une fonction protectrice et dont la longueur diminue avec l'âge. La méthylation de l'ADN change également avec le temps. Ces processus sont liés aux changements dits épigénétiques dans le corps, à l'aide desquels les scientifiques ont appris à estimer l'âge de la personne avec une grande précision.

On suppose que l'espace accélère le vieillissement du corps. Grâce à l'exemple des deux frères jumeaux, la Nasa veut découvrir quel est le processus exact. Le coût de la recherche biomédicale de l'agence sur le séjour prolongé d'un être humain en orbite est estimé à 1,5 millions de dollars.

La Nasa possède déjà des échantillons de l'ADN et des tissus des jumeaux. Les Kelly ont déjà passé des analyses du sang, d'urine, de salive et de selles. Des procédures similaires sont prévues au cours de la mission annuelle et après. En outre, les frères tiendront des journaux spéciaux et suivront des régimes particuliers pour suivre les changements dans le corps de Scott après son retour sur Terre.

La Nasa ne va pas divulguer les résultats de cette recherche sans le consentement des deux frères. Elle n'y est pas non plus favorable pour des raisons éthiques: on suppose qu'au cours de la recherche, certains facteurs pourraient être identifiés (par exemple une prédisposition aux maladies, dont le risque est plus élevé dans l'espace), dont la présence pourrait constituer une contre-indication au séjour prolongé de l'homme dans l'espace et notamment aux missions vers Mars.

En 1998, la Nasa avait envoyé en orbite un astronaute de 77 ans, John Glenn, qui y était allé pour la première fois en 1962. L'agence avait ainsi obtenu des informations précieuses sur l'impact de l'espace sur un corps vieillissant. Cependant, la recherche menée avec les jumeaux est la première en son genre.

Scott et Mark Kelly sont nés le 21 février 1964 dans le New Jersey. Les deux sont capitaines du 1er rang de la Marine américaine. Mark a été envoyé en orbite pour la première fois en 2001 en tant que pilote de la navette Endeavour. L'astronaute a terminé sa carrière en 2011, après avoir effectué l'avant-dernier vol dans le cadre du programme Space Shuttle. Au total, Mark a rempli quatre missions et a passé plus de 54 jours dans l'espace. Contrairement à son frère, Scott a été trois fois en orbite, et la durée de son séjour dans l'espace dépasse 180 jours.

Contenu réalisé à partir d'informations émanant de sources ouvertes

Lire aussi:

«Syndrome de l’escargot»: ces Français qui préféreraient rester confinés
L'armée russe ouvre le feu pour stopper un destroyer britannique qui a violé sa frontière en mer Noire
Israël, Royaume-Uni: les vaccins inefficaces face au variant Delta?
Moscou dévoile les images du survol du HMS Defender par un avion militaire russe - vidéo
Tags:
US Navy, espace, ISS, NASA, John Glenn, Mark Kelly, Scott Kelly, New Jersey
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook