Sci-tech
URL courte
1120
S'abonner

Une nouvelle technologie mise au point au Japon permet d’imprimer en plastique des organes humains pour faire comprendre aux patients ce qui se passe à l’intérieur de leur corps.

La dernière technologie de bioprinting qui permettra de créer des copies d’organes humains en plastique, est mise au point à l’université de Tsukuba (Japon) en collaboration avec l’entreprise Dai Nippon Printing et est beaucoup moins couteuse que les technologies précédentes.

Grace à cette technologie, on pourra imprimer, par exemple, la tumeur du pancréas et la montrer au patient en lui expliquant les causes de sa souffrance. De plus, cette technologie peut aider les médecins à se préparer à une opération en la simulant avec des organes imprimés.

La technologie de création de modèles 3D d’organes humains est déjà utilisée en médecine, cependant son prix peut se chiffrer en milliers de dollars. La technologie proposée par les savants japonais permettra d’imprimer une copie du foie pour entre 300.000 à 400.000 yens (2.500 à 3.500 dollars), ce qui est trois fois moins cher que les technologies déjà existantes.

Au Japon, la loi adoptée en avril 2013 pour promouvoir les travaux de recherche dans le domaine de l’impression d’organes, relativement nouvelle en médecine, a eu un effet de stimulation sur le secteur public comme privé. Au fil des ans, Dai Nippon Printing, qui est l’un des plus gros imprimeurs du Japon, a mis au point divers procédés. "Nous espérons appliquer la technologie de l’impression à la médecine en vue d’ouvrir la porte à une production continue et à grande échelle. Cela mettrait la médecine régénératrice à la portée d’un plus grand nombre de personnes", déclare Shimizu Yûji, le directeur général du laboratoire des sciences de la vie du Centre de recherche & développement de Dai Nippon Printing.

Lire aussi:

Nobel de médecine: les lauréats annoncés
Le Japon va relancer ses centrales nucléaires
Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Tags:
impression 3D, bioprinting, Japon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook