Sci-tech
URL courte
Exploration de Mars (88)
0 162
S'abonner

Le programme russo-européen ExoMars est consacré à la recherche des signes de vie sur Mars et à la préparation d'une mission habitée.

L'Agence spatiale européenne (ESA) et l'Agence fédérale spatiale russe (Roskosmos) poursuivront leur exploration conjointe de Mars conformément à un accord signé jeudi lors du Salon aérospatial international MAKS 2015 à Joukovski, dans la région de Moscou.

"La première partie de la mission (ExoMars) commencera en janvier 2016" avec le lancement d'une fusée russe Proton transportant une sonde, a annoncé le directeur de Roskosmos Igor Komarov à l'issue d'entretiens avec le directeur général de l'ESA Johann-Dietrich Wörner.

Projet ExoMars
© Sputnik
Le projet russo-européen ExoMars prévoit le lancement de la sonde orbitale TGO (Trace Gas Orbiter) et d'un module d'atterrissage de démonstration EDM vers Mars en 2016 et d'un véhicule martien vers 2018. Le rover martien sera équipé d'une installation capable de forer des puits de 2 mètres de profondeur. Le projet est consacré à la recherche de signes de vie sur Mars et à la préparation d'une mission habitée sur la Planète rouge. 

Selon M.Wörner, la crise politique des relations russo-occidentales ne doit pas entraver la coopération spatiale.

"Nous avons des relations étroites et de confiance. Nous savons que nous avons besoin de cette coopération pour envoyer des missions vers Mars et la Lune (…). Il faut rester en contact, surtout pendant une crise politique. La science, les études spatiales peuvent devenir un pont pendant la crise. Si nous souhaitons sortir de la crise, nous devons poursuivre notre collaboration. L'astronautique peut jouer un rôle décisif dans ce processus. Rappelons le projet russo-américain Soyouz-Apollo (réalisé à l'époque de la guerre froide). L'ESA peut jouer un rôle important dans le rétablissement de la compréhension entre les pays", a déclaré M.Wörner.

"Nous avons discuté ouvertement des questions relatives à la modification du calendrier des vols et à l'exploitation de la Station spatiale internationale (ISS). Les projets d'exploration de l'espace lointain, les projets martiens et lunaires doivent être internationaux. Les agences spatiales doivent se tenir à l'écart de la politique", a pour sa part indiqué M.Komarov.

ExoMars était initialement un projet conjoint américano-européen. Mais sa réalisation a été remise en question après que la NASA, qui devait lancer la sonde au moyen d'un lanceur Atlas V, a renoncé à ce tir en 2011, faute de financement. L'agence spatiale russe Roskosmos s'est déclarée prête à fournir une fusée-porteuse lourde Proton pour la mission ExoMars. En avril 2012, Roskosmos et ESA se sont entendus de réaliser conjointement le projet ExoMars après que la NASA s'est retirée du programme.


Dossier:
Exploration de Mars (88)

Lire aussi:

Le projet ExoMars en voie de matérialisation
ExoMars: la Russie et l'ESA signent l'accord final
Espace: la Russie rejoint le projet européen ExoMars
Espace: les Etats-Unis se retirent du projet ExoMars
Tags:
ExoMars, science, espace, MAKS 2015, ESA, Holding spatial russe Roscosmos, Johann-Dietrich Wörner, Igor Komarov, Mars, Europe, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook