Sci-tech
URL courte
148
S'abonner

Les chercheurs du laboratoire Telefonica Research (Barcelone) ont mis en œuvre une application pour smartphones Android permettant de détecter si leurs utilisateurs s’ennuient. Martin Pielo, le chef de l’équipe, en a publié le rapport sur son site Internet.

L'application analyse la fréquence d'utilisation d'un smartphone afin d'en dresser une statistique personnelle. A ses fins, plusieurs facteurs sont pris en compte, dont notamment l'heure de la journée et le temps qui s'est écoulé depuis le dernier appel ou texto envoyé. D'après les résultats des tests, l'application détecte correctement les signes d'ennui dans 83% des cas.

En vue d'obtenir des données plus fiables, les scientifiques ont décidé de mener une série de tests avec la participation de 54 volontaires. Pendant deux semaines, ceux-ci ont évalué leur taux d'ennui plusieurs fois par jour, tandis que l'application mesurait constamment la fréquence d'utilisation du smartphone.

Un test spécial a également été élaboré pour vérifier si le programme fonctionnait correctement. L'application envoyait aux volontaires des liens vers des articles du site d'information BuzzFeed. Les chercheurs ont démontré que les utilisateurs qui s'ennuyaient cliquaient plus souvent sur les liens que ceux qui ne s'embêtaient pas.

La prochaine étape de ces recherches est de déterminer quel type de contenu sera à même de susciter l'intérêt des utilisateurs lors de ces moments d'ennui. Le but n'étant pas seulement de les distraire, mais aussi d'introduire des activités d'apprentissage, afin que l'utilisation de leur smartphone, lorsqu'ils ne savent pas quoi faire, reste un levier positif dans leur vie quotidienne.

 

Lire aussi:

Découverte du plus ancien prédateur au monde
Le Coran serait-il plus vieux que Mahomet?
L’idole de Shigir met aux prises la justice et les scientifiques
Une meute de loups dévore un chien et oblige un homme à grimper dans un arbre en centre-ville – vidéo choc
Tags:
smartphones, technologies, Espagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik