Sci-tech
URL courte
0 214
S'abonner

Une demande pour manipuler génétiquement des embryons humains a été déposée à l'autorité britannique de la fertilisation humaine et de l'embryologie (HFEA) par le Francis Crick Institut de Londres.

Valeri Spiridonov
© Sputnik . Kirill Kallinikov
La demande a été faite par une scientifique du Francis Crick Institut de Londres, qui veut étudier les gènes en jeu lors du développement des cellules qui vont ensuite former le placenta, afin d'essayer de déterminer pourquoi certaines femmes font des fausses couches, précise l’édition britannique The Guardian.

La demande devrait être étudiée par le HFEA lors de l'une de ses prochaines réunions programmées au mois de novembre et en janvier.
La modification génétique d'embryons à des fins de traitement est interdite au Royaume-Uni. Elle est en revanche autorisée depuis 2009 dans la recherche, à condition, entre autres, que les embryons soient détruits au bout de deux semaines maximum.

En avril, des chercheurs chinois avaient annoncé être parvenus à modifier un gène défectueux de plusieurs embryons responsable d'une maladie du sang potentiellement mortelle. Une première qui avait soulevé des inquiétudes et des questions éthiques et qui contrevient à la convention d’Oviedo.

La Convention d'Oviedo énonce les grands principes visant à assurer la protection des droits de l'homme et de la dignité de l'être humain à l'égard des applications de la médecine et de la biologie. Elle a été ratifiée par la France et 28 autres pays européens en 2011.

Lire aussi:

Un informaticien russe premier candidat à une transplantation de tête
Japon: l’impression 3D d’organes trois fois moins chère
Scientifiques nippons: lire le cerveau comme un livre ouvert
FOB 2015: des scientifiques du monde entier réunis à Vladivostok
Les scientifiques ont découvert les raisons de l'apparition d'Ovnis pendant les orages
Tags:
génétique, embryon humain, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook