Sci-tech
URL courte
9242
S'abonner

Baptisé microlattice, ce matériau innovant pourrait révolutionner l'industrie aérospatiale, mais aussi d'autres secteurs.

Le groupe Boeing a annoncé avoir inventé un nouveau matériau très résistant, baptisé microlattice, composé à 99,99% d'air, qui pourrait être utilisé sur les aéronefs, sur d'autres véhicules et pour l'absorption des chocs.

"Nous avons réussi à créer le matériau le plus léger au monde" inspiré de la structure des os humains, a indiqué Sophia Yang, chercheuse au sein du laboratoire américain Hughes Research Laboratories (HRL), coentreprise fondée par Boeing et General Motors.

Vus de l'extérieur, les os sont rigides, "mais si on les regarde à l'intérieur, on verra des petites alvéoles creuses. C'est cela qui rend un os humain très solide mais aussi très léger", a expliqué Mme Yang. Le microlattice présente aussi une partie extérieure rigide comme du métal mais creuse à l'intérieur. Il possède une structure polymère à alvéoles ouvertes en 3D, ce qui signifie que sa structure est composée à 99% d'air.

Il s'agit d'un alliage composé d'un ensemble de tubes creux en nickel. La paroi de chacun de ces tubes a une épaisseur de 100 nanomètres, ce qui est 1000 fois plus fin qu'un cheveu humain.

Les structures polymères à alvéoles ouvertes en 3D donnent au microlattice un énorme potentiel de compression, ce qui signifie qu'il peut absorber beaucoup d'énergie.

Une vidéo diffusée par Boeing démontre les propriétés du microlattice au moyen d'une expérience qui consiste à protéger un œuf lors d'une chute de 25 étages. Il faut une seule couche de microlattice pour empêcher l'œuf d'exploser, alors qu'un mètre de papier bulle ne garantit pas sa protection.

Le Boeing 787 Dreamliner, où la moitié de la structure est constituée de matériaux composites, en fibre de carbone, a déjà révolutionné l'aviation. Il est beaucoup plus léger et économe en carburant. L'utilisation du microlattice, qui est dix fois plus léger que du polystyrène, permettrait d'alléger davantage les avions et de diminuer les émissions polluantes.

La Nasa envisage d'utiliser le microlattice comme composant des structures des futurs vaisseaux spatiaux destinés à être envoyés sur Mars et à explorer les astéroïdes.

Lire aussi:

Le Boeing-787 Dreamliner
Un garçon de 12 ans laisse son chiot sur le seuil d'un refuge avec une note déchirante - photos
Coronavirus: deux nouveaux cas recensés en France
Tags:
polymère, microlattice, industrie, aéronautique, Hughes Research Laboratories (HRL), Boeing, NASA, Sophia Yang, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook