Sci-tech
URL courte
10131
S'abonner

Un groupe d’astronomes français a montré que la comète Lovejoy émet dans l’espace du sucre et de l’alcool en quantité considérable, écrit la revue américaine Science Advances.

"La quantité d'alcool qui s'échappe chaque seconde des glaces de Lovejoy correspond à celle contenue dans 500 bouteilles de vin", a expliqué Nicolas Biver, chercheur au CNRS à l'Observatoire de Paris.

Grâce au radiotélescope de l'Institut de radioastronomie millimétrique (IRAM), sorte de parabole géante de 30 mètres de diamètre située dans la Sierra Nevada près de Grenade (Espagne), les chercheurs ont pu sonder à distance l'atmosphère de la comète Lovejoy, qui recèle une multitude de molécules diverses. Ce radiotélescope, équipé de puissants systèmes de détection, a permis aux chercheurs d'identifier vingt et une molécules.

"Parmi les molécules détectées, nous avons pour la première fois découvert la présence d'alcool éthylique et de glycolaldéhyde, un sucre, dans la comète", a fait remarquer le chercheur.

"Notre détection est rendue possible par les progrès techniques sur les détecteurs du radiotélescope et par la proximité de la comète avec la Terre lors de l'observation, à moins de 75 millions de kilomètres," a précisé Nicolas Biver.

Les comètes étant des corps primitifs, presque aussi vieux que le système solaire, elles apportent des informations précieuses sur la composition du disque de matière qui a donné naissance aux planètes.

"La mise en évidence d'une complexité organique importante dans le matériau cométaire est un pas essentiel vers une meilleure compréhension des conditions qui prévalaient lors de l'apparition de la vie sur Terre", précise Dominique Bockelée-Morvan, chercheur CNRS à l'Observatoire de Paris et coauteure de l'étude.

 

Lire aussi:

Une vie extraterrestre serait présente sur une comète
Le robot Philae se réveille après 7 mois de sommeil sur une comète
Une comète indemne après avoir frôlé le Soleil
Tags:
astronomie, comète, alcool, espace, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook