Sci-tech
URL courte
6620
S'abonner

Des scientifiques britanniques ont mené une curieuse expérience pour comprendre comment les gens peuvent gérer leur tolérance à la douleur.

Une expérience de "torture" au laser de volontaires a permis à des biologistes de comprendre comment il était possible de forcer l'organisme à augmenter le nombre de récepteurs opiacés dans le cerveau et augmenter par le fait même la tolérance à la douleur afin de rendre une personne moins sensible à la douleur chronique, a rapporté le magazine Pain.

"Nous ne savons pas encore quels mécanismes sont responsables de l'augmentation de la tolérance à la douleur, mais si nous pouvions percer ce secret et comprendre comment on peut l'améliorer avec des moyens plus traditionnels, nous aurions la possibilité d'augmenter la tolérance à la douleur tout en évitant les effets secondaires des opiacés", a déclaré le professeur de l'Université de Manchester (Royaume-Uni), Christopher Brown.

M.Brown et ses collègues ont découvert pourquoi certaines personnes supportaient les maladies chroniques mieux que d'autres et ont trouvé un moyen de transmettre cette capacité en observant le fonctionnement des cerveaux d'une douzaine de volontaires souffrant d'arthrite et ayant accepté de participer à cette expérience.

Dans le cadre de leurs travaux, les scientifiques demandaient à leurs cobayes de boire un liquide contenant un "sucre" radioactif spécial afin d'observer les réactions de leurs cerveaux, après quoi ils les soumettaient à une "stimulation" au laser qui leur causait une sensation de brûlure aux mains.

Par la suite, en observant l'activité des centres de douleur dans le cerveau, les scientifiques ont tenté d'évaluer objectivement la douleur qu'éprouvaient les volontaires et comment ils la supportaient. Ils ont comparé ces résultats avec ceux de personnes saines, soumissent également à cette expérience.

Ces "tortures" ont démontré que la résistance d'une personne à la douleur dépendait du nombre de récepteurs opiacés dans les cellules nerveuses de la partie du cerveau qui gère la réaction à la douleur. En général, plus de ces récepteurs se situaient dans l'espace des cellules de douleurs, moins les participants à l'expérience réagissaient au laser.

Lire aussi:

Des zones «écarlates» et «super-rouges» délimitées sur une nouvelle carte de France
Polémique: la chaîne française M6 s’attire les foudres des Maghrébins
Enedis veut couper l'électricité de Bernard Tapie: «Ce qu'ils veulent, c'est ma peau»
Tags:
douleur, tolérance, laser, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook