Sci-tech
URL courte
2147
S'abonner

Les scientifiques ont analysé des échantillons de poussière recueillis à bord de la Station spatiale internationale (ISS) et ont conclu que des bactéries potentiellement pathogènes, capables de causer des maladies graves, se trouvaient sur la station, annoncent les auteurs d'un article publiée dans la revue Microbiome.

Les scientifiques ne connaissent pas encore toutes les particularités du comportement des microbes dans l'espace, non plus que la réaction potentielle du système immunitaire humain. Le chercheur Kasthuri Venkateswaran, représentant du Laboratoire du mouvement réactif de la NASA à Pasadena (Etats-Unis) et ses collègues, ont tenté de répondre à cette question.

Ils ont comparé les microbes ramassés avec la poussière sur les parois de l'ISS à ceux qui vivent dans des conditions semblables dans des laboratoires simulant sur Terre les conditions de la station.

Les chercheurs ont étudié les matériaux recueillis avec les technologies les plus avancées. Selon les résultats obtenus, beaucoup de bactéries vivent sur l'ISS, et leur répartition par espèces est très différente de celle présente dans les modèles terrestres de l'ISS.

Beaucoup de microbes d'un type particulier qui contiennent notamment des bactéries provoquant certaines maladies graves ont été trouvés sur les parois de la station spatiale. Ces bactéries représentent donc une menace potentielle pour les cosmonautes.

Par ailleurs, d'autres microbes pathogènes ne se retrouvent pas sur l'ISS. Tout cela porte à conclure que les bactéries réagissent différemment aux conditions de la vie spatiale. Les chercheurs estiment que les autorités responsables du fonctionnement de l'ISS devraient élaborer de nouveaux standards de protection de la santé des cosmonautes.

Lire aussi:

Washington inquiet du programme militaire spatial chinois
La Terre, "sculpteur spatial" de la Lune
Les Européens se remémorent les conquêtes spatiales de l’URSS
La Russie créera un lanceur spatial réutilisable d'ici 2025
Tags:
station spatiale, technologies, bactérie, cosmonaute, Terre
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook