Ecoutez Radio Sputnik
    ADN

    Les tueurs en série sont-ils génétiquement prédestinés?

    © Flickr/ Stuart Cale
    Sci-tech
    URL courte
    7131
    S'abonner

    Un groupe de neurobiologistes russes de l’Université d’Etat de Novossibirsk et de la division sibérienne de l'Académie des sciences de Russie a identifié un gène, codé par le récepteur dopaminergique D4, propre aux tueurs sanguinaires et impitoyables, rapporte la revue Journal of Criminal Justice (IJCJS).

    Cocons de ver à soie
    © Sputnik . Ratuchenko
    Le récepteur dopaminergique D4 est l'un des cinq récepteurs de la dopamine typiques des vertébrés. Le gène qu'il code est responsable de différents phénotypes comportementaux et troubles mentaux, y compris ceux le dysfonctionnement du système nerveux végétatif, la schizophrénie et le penchant pour les sensations fortes.

    Les scientifiques ont dressé cette conclusion après avoir étudié le génotype et la biographie de plus de 150 criminels, dont 85 avaient été condamnés pour meurtre et le reste, pour voies de fait graves.

    Les chercheurs ont montré que les personnes en question avaient manifestement un comportement agressif fortement déviant dû à des formes peu actives du récepteur dopaminergique D4.

    Ainsi, les conclusions des scientifiques russes prennent le contrepied d'une théorie très répandue parmi les chercheurs occidentaux selon laquelle la plupart des meurtres et des crimes graves tiennent à l'agressivité impulsive des criminels, qui se développe en bas âge sur fond de trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH).

    En outre, les méthodes de traitement médicamenteuses de la TDAH, très répandues en milieu scolaire en Occident, pourraient s'avérer inefficaces dans la plupart des cas pour prévenir la perpétration de crimes violents.

     

    Lire aussi:

    Votre cerveau bientôt contrôlé grâce aux ultrasons?
    Scientifiques nippons: lire le cerveau comme un livre ouvert
    Des chercheurs ont implanté de faux souvenirs dans le cerveau d'une souris endormie
    Tags:
    gènes, crimes, ADN, science, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik