Ecoutez Radio Sputnik
    Le Grand collisionneur de hadrons (LHC)

    Le CERN créera le "super-collisionneur de l'avenir" selon un projet russe

    © East News. Martial Trezzini/KYSTN/MBER102
    Sci-tech
    URL courte
    22353

    Un projet ambitieux du CERN prévoit la construction d'un collisionneur circulaire de 100 km de circonférence, soit trois fois plus grand que le célèbre Grand collisionneur de hadrons (LHC).

    Un projet russe servira de base pour la création du Futur collisionneur circulaire (FCC) de l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN) dans la région de Genève, a annoncé Evguéni Levitchev, vice-directeur de l'Institut de physique nucléaire Boudker de Novossibirsk.

    "Il s'agit d'une installation sans précédent destinée à étudier la physique du micromonde. Ce projet nous intéresse beaucoup et nous avons proposé notre version au CERN. Cette année, le CERN a décidé que notre variante servira de base au projet" du plus grand collisionneur circulaire de l'avenir, a indiqué M.Levitchev.

    Selon lui, le CERN a préféré le projet russe parce que les chercheurs sibériens avaient déjà testé une méthode innovante de "collision en crabe" ("Crabwaist") permettant de centupler la productivité (la luminosité) du collisionneur par rapport au niveau atteint par la méthode traditionnelle.

    "Ayant bien étudié ce phénomène, nous avons proposé de l'utiliser pour une grande installation et cela a bien marché. Nous avons mis du temps pour persuader nos collègues du CERN. Ils ont fini par accepter nos arguments", a conclu le scientifique.

    Trois fois plus grand que le Grand collisionneur de hadrons (LHC) de Genève, le FCC aura 100 kilomètres de circonférence contre 27 km pour le LHC. 

    Le projet FCC a été lancé en 2014, suite à la découverte du boson de Higgs, considéré comme la clef de voûte de la structure fondamentale de la matière. 

    Une étude conceptuelle pour le FCC doit être prête d'ici 2018, d'après M.Levitchev.

    Le FCC représentera un système de collisionneurs dont le premier — un collisionneur leptonique électron-positron — fournira des faisceaux à des énergies de 45 à 175 gigaélectronvolts (GeV). Il permettra d'étudier le boson de Higgs, mais aussi de créer l'infrastructure du FCC (un tunnel et d'autres installations complexes) qui serviront plus tard à un autre collisionneur plus puissant. 

    Cet autre collisionneur hadronique proton-proton aura une énergie de 50 teraélectronvolts (TeV) au centre de masse (pour comparaison, le LHC est à 14 TeV).

    Selon le CERN, de tels accélérateurs de particules permettraient de repousser les frontières de nos connaissances dans le domaine de la physique des particules.

    Lire aussi:

    Une particule changeant le modèle physique pourrait être découverte
    L’expérience du CERN bouleverse les théories physiques
    L’apocalypse aura-t-elle lieu pour le 15 mai?
    Tags:
    collisionneur, science, Futur collisionneur circulaire (FCC), Grand collisionneur de hadrons (LHC), Institut de physique nucléaire de Novossibirsk, Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN), Evguéni Levitchev, Genève
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik