Sci-tech
URL courte
Réchauffement climatique (77)
221324
S'abonner

Les inondations, la sècheresse, la floraison des fleurs au milieu de l’hiver, le temps de l’année 2015 nous a réservé des surprises. Certains scientifiques pensent que le changement climatique est la conséquence du phénomène El Niño et d’autres météorologues sont persuadés qu'il existe d'autres raisons pour les anomalies climatiques.

L'année 2015 a été marquée par des anomalies climatiques dans le monde et doit être reconnue comme l'année la plus chaude et "anormale" jamais enregistrée dans l'histoire des observations météorologiques, rapporte le journal américain The New York Times.

Selon les scientifiques, la cause de ce chaos est la fluctuation de la température de surface de l'eau dans le Pacifique tropical, l'anomalie est appelée El Niño. Ce phénomène a provoqué le dégagement de la chaleur dans l'atmosphère. Le phénomène El Niño apparaît tous les sept ans. Cette fois il était le troisième le plus grand dans l'histoire des observations météorologiques.

De plus, l'activité de l'homme exerce une influence considérable sur le temps. Selon le journal, coïncidence ou pas, mais il semble qu'aujourd’hui se produisent tous les ennuis climatiques, dont les scientifiques ont averti depuis des années. 

Le groupe de scientifiques d'Oxford dirigé par le professeur Myles Allen, est arrivé à la conclusion que la probabilité de fortes pluies au Royaume-Uni a augmenté de 40% en raison des activités humaines. "Il est très humiliant pour nous les scientifiques, de parler de ce phénomène depuis 20 ans, et que personne ne nous croit, seulement quand les gens voient les narcisses en mois de décembre, ils se disent que nous avons raison", a indiqué M.Allen. 


Dossier:
Réchauffement climatique (77)

Lire aussi:

Disperser de la poudre de diamants pour empêcher le réchauffement climatique?
Arctique: une expédition RU-US pour étudier le changement climatique
Réchauffement climatique: Londres et Pékin pourraient disparaître sous les eaux
Changement climatique: les sombres prévisions de l'Onu pour 2050
Tags:
réchauffement climatique, climat, temps, Myles Allen, région du Pacifique, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook