Ecoutez Radio Sputnik
    Valeri Spiridonov, le premier patient à pouvoir subir une greffe de tête

    Un pas en avant vers la greffe de tête humaine

    © Sputnik . Kirill Kallinikov
    Sci-tech
    URL courte
    4424
    S'abonner

    Le groupe international de microbiologistes mené par l'italien Sergio Canavero a fait un grand pas en avant en matière de greffe de tête humaine.

    L'informaticien russe Valeri Spiridonov, âgé de 31 ans et souffrant de la maladie de Werdnig-Hoffmann, caractérisée par une une dégénérescence de la moelle épinière entraînant l'atrophie de tous les muscles, est le premier patient à pouvoir subir une greffe de tête. Il souffre d'une amyotrophie spinale et passe sa vie rivé à un fauteuil roulant.

    Avant d'effectuer cette opération complexe et risquée, les chercheurs ont mené des études similaires sur des rats et les résultats se sont avérés positifs. Les chercheurs ont réussi à trancher puis à suturer la moelle épinière chez des rats, ainsi qu'à tester certaines méthodes médicales chez des singes, apprend-on d'une série d'articles publiés dans les magazines Surgery et CNS Neuroscience & Therapeutics

    Fin février dernier, Sergio Canavero annonçait le lancement d'un projet ambitieux visant à transplanter une tête humaine (c'est-à-dire, à greffer sur le corps d'un donneur en état de mort cérébrale la tête d'un receveur malade ou handicapé) par le biais d'une procédure spécifique baptisée "protocol GEMINI".

    Les opinions de chirurgiens de renom quant au succès d'une telle opération sont partagées. Certains, n'en excluant pas la possibilité en principe, doutent néanmoins que cette opération particulière puisse être couronnée de succès. D'autres considèrent tout simplement la greffe de tête comme une aventure vouée à l'échec.

    M.Canavero et ses collègues affirment avoir réalisé avec succès l'étape la plus difficile de l'opération lors d'essais sur des rats, soit la jonction entre le tronc cérébral et la moelle épinière. A cette fin, ils ont utilisé un nano-couteau spécial fait d'hydrogène, une matière organique appelée polyéthylène-glycol afin d'aider les fibres nerveuses à se recoller, et une méthode particulière de stimulation de la moelle épinière à l'endroit de l'incision, nécessaire pour l'apparition de la liaison entre les neurones.

    Selon les microbiologistes, un mois après l'opération de Canavero sur des rats, les fibres nerveuses de leurs colonnes vertébrales ont fusionné et les rats ont retrouvé la mobilité de leurs membres. Toutes les opérations ont été menées en territoire chinois, la Chine n'imposant aucune limite à ce genre d'expériences.  

    En outre, les scientifiques ont réussi à effectuer des greffes de cerveau chez des singes. Dans ce cas, les membres des bêtes n'étaient pas redevenus mobiles, mais elles ont survécu et leurs cerveaux n'ont pas été irréversiblement endommagés suite à la transplantation.

    Les chercheurs ont également présenté des méthodes de lutte contre la douleur durant ce type d'opérations.

    Les premières expériences sur des corps humains ont déjà commencé en Chine, et dans un avenir proche le spectre des recherches sera considérablement élargi. La première transplantation de tête humaine est prévue pour décembre 2017.  

    Lire aussi:

    Transplantation de tête humaine et recherche spatiale: même combat
    Russie-Italie: une opération de greffe de tête
    Une transplantation de tête humaine pour 2017
    Un informaticien russe premier candidat à une transplantation de tête
    Tags:
    science, maladie de Werdnig-Hoffmann, tête, médecine, transplantation, Sergio Canavero, Valeri Spiridonov, Russie, Italie, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik