Ecoutez Radio Sputnik
    Un éléphant

    Pour comprendre l’évolution… regardez dans la bouche des éléphants!

    CC BY 2.0 / Brittany H.
    Sci-tech
    URL courte
    290
    S'abonner

    Le développement de la structure du corps des éléphants, en particulier, de leurs dents, donne des idées intéressantes sur l’évolution, animale et humaine, qui ne semble pas toujours être dépendante des changements génétiques.

    Les changements importants dans l'évolution des ancêtres des éléphants contemporains avaient commencé autour de la période d'il y a 20 millions d'années, lit-on dans un article d'Alice Roberts sur le site du journal The Guardian. Ces animaux ont reçu de nouvelles capacités pour se nourrir.

    La répartition des ancêtres des éléphants sur la Terre avaient ses particularités. Il y a près de 10 millions d'années, l'histoire des mouvements de ces animaux commence en Afrique. Une partie d'entre eux sont venus en Europe et en Asie, il y a près de 3 millions d'années.

    Lors de ces migrations, les ancêtres des éléphants ont subi des transformations de leur corps, en particulier, la formation d'une seule dent de chaque côté de leur mâchoire, suite aux changements considérables dans leur environnement. C'est elles, et non les gènes, qui ont probablement entrainé les étapes décisives de leur évolution.

    Cette idée de l'importance primordiale de l'environnement et des habitudes par rapport à l'influence des gènes pourrait transformer la représentation actuelle de l'évolution des animaux, et même des hommes. L'exemple des éléphants montre clairement que les gènes ne font pas tout dans le domaine de l'évolution.

    Lire aussi:

    Les exigences des chats concernant leur alimentation expliquées
    Un nouveau mammifère datant des dinosaures découvert en Espagne
    Les restes d’un mammouth expliquent le peuplement de l’Arctique
    Des os de mammouth dans un champ au Michigan
    Tags:
    évolution, gènes, animaux, éléphants, Asie, Europe, Afrique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik