Ecoutez Radio Sputnik
    mathématiques

    Les prix Abel pour la démonstration du dernier théorème de Fermat

    © Flickr / João Trindade
    Sci-tech
    URL courte
    4193

    Le mathématicien britannique Sir Andrew J.Wiles est récompensé pour avoir démonté le dernier théorème de Fermat.

    Le prix Abel a été décerné cette année au mathématicien britannique Sir Andrew J.Wiles de l'Université d'Oxford (Angleterre), qui a démontré en 1994 le dernier théorème de Fermat, annonce le site officiel du prix.

    "Les nouvelles idées apportées par Sir Andrew J.Wiles dans la pratique scientifique ont offert des possibilités pour des percées ultérieures, a déclaré le président du comité Abel John Rognes. Tous les problèmes mathématiques ne disposent pas d'une histoire scientifique aussi riche et d'une démonstration aussi efficace que le dernier théorème de Fermat".

    Le théorème de Fermat-Wiles établit que pour n > 2, l'équation xn + yn = zn n'a pas de solution en entiers non nuls x, y, z, affirmation qui a été pour la première fois formulée il y a plus de 300 ans par le mathématicien français Pierre Fermat.

    Le grand mathématicien n'ayant pas prouvé le théorème, Andrew Wiles a été le premier à le faire. À cette fin, le scientifique britannique a fait appel à la théorie des courbes elliptiques. La démonstration a pris 200 pages.

    La cérémonie officielle aura lieu le 24 mai à Oslo. Sir Andrew J.Wiles recevra un prix de 700.000 dollars.

    Le prix Abel, inspiré du prix Nobel, qui n'existe pas en mathématiques, est une récompense décernée annuellement depuis 2003 à des mathématiciens par l'Académie norvégienne des sciences et des lettres.

    Lire aussi:

    Une enseignante palestinienne gagne un prestigieux prix international
    Marine Le Pen reçoit le prix du menteur de l’année
    Salvador Dali va être exhumé
    Tags:
    théorème de Fermat, prix, mathémathiques, science, Comité Abel, Andrew J.Wiles, Pierre Fermat, John Rognes, Oslo, Norvège
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik