Ecoutez Radio Sputnik
    Tomates

    Les tomates pourries, la pile du futur?

    © Flickr / Dominique Pelletier
    Sci-tech
    URL courte
    2180
    S'abonner

    Un groupe de chercheurs de l'Université de Princeton et de l'Université Florida Gulf Coast a décidé d'utiliser des tomates pourries pour créer de l’énergie.

    Les tomates peuvent servir de base pour une source chimique de courant, affirme Namita Shrestha, une chercheuse qui travaille sur le projet. Les bactéries oxygènent la chair des légumes, ce qui dégage les électrons et crée le courant. C'est le lycopène, un pigment rouge, qui joue un rôle particulier en stimulant la génération des charges électriques.

    Les scientifiques affirment que l'efficacité énergétique de la dissociation des tomates par les microbes pourrait être même plus importante que celle des substances chimiques pures, utilisées d'habitude dans les piles galvaniques. Bien que la puissance de sortie ne soit pas très importante, car 10 milligrammes de rejets de tomates ne donneront que 3,0 watt d'électricité, cet indice pourrait être multiplié par plusieurs ordres de grandeur.

    Selon les chercheurs, si l'on utilise toutes les tomates pourries que l'Etat de Floride accumule pendant une année, l'énergie produite suffirait pour assurer le fonctionnement de toutes les attractions du parc Disney World pendant 90 jours.

    Les déchets organiques industriels sont largement utilisés en tant que source d'énergie. En 2007, 54 milliards de litres de biocarburant ont été produits dans le monde. Ce sont les Etats-Unis et le Brésil qui occupent les positions de leader dans ce domaine, en produisant de l'éthanol à partir de la matière organique. D'après certains experts, la cessation de la production de biocarburant ferait monter de 15% les prix du pétrole et de l'essence.

    Lire aussi:

    Le sol de Mars serait cultivable
    Une tortue mange une tomate
    La glace qui ne fond pas est arrivée!
    Tags:
    électricité, légumes, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik