Ecoutez Radio Sputnik
    La promenade en espace du cosmonaute russe Sergei Volkov, le 3 février 2016

    Course spatiale: la Russie n’est pas à la traîne

    © Sputnik . Roscosmos
    Sci-tech
    URL courte
    0 222
    S'abonner

    Dans un entretien, le chef de l'entreprise publique russe pour les activités spatiales Roskosmos raconté comment la Russie va rivaliser face à SpaceX.

    Le développement des technologies aérospatiales s’intensifie de plus en plus et pour rester compétitif sur le marché mondial, il faut proposer des solutions économiques.

    "La concurrence sur le marché des services de lancement et de la production d'engins spatiaux montre une forte croissance et demande une réduction des coûts", a déclaré Igor Komarov, chef de l’entreprise d'État pour les activités spatiales Roskosmos.

    Rappelons que ce vendredi, dans le cadre de son programme de développement d’engins réutilisables, après quelques échecs, SpaceX a réussi à récupérer le premier étage de sa fusée Falcon 9 en le faisant se poser sur une barge flottante dans l'océan Atlantique.

    M. Komarov a salué ce récent succès de la société aérospatiale privée SpaceX, en notant que c’était un jalon important pour l’industrie spatiale mondiale.

    "L'avenir est aux lanceurs récupérables. Toutefois, à ce jour, leur efficacité économique est en question", a estimé le chef de Roskosmos.

    M. Komarov a souligné, en particulier, qu’il s’agissait de la fiabilité de ces engins. Selon lui, actuellement, ils ne sont pas assez fiables pour être utilisés de manière répétée. Même après un atterrissage réussi, il faut beaucoup de temps et beaucoup d’argent pour préparer l’engin pour son prochain vol.

    Malgré le fait que le programme spatial fédéral russe ne prévoit pas, pour le moment, la construction de lanceurs récupérables, Roskosmos fait tout son possible pour réduire le coût du fonctionnement de ses fusées-porteuses actuelles, Proton-M et Soyouz.

    Et tout indique que la Russie a choisi la bonne voie. Ces dernières années, le nombre de contrats pour les vols spatiaux, conclus par Roskosmos, a augmenté considérablement, y compris les contrats prolongés avec la NASA américaine.

    Dans le même temps, Igor Komarov a noté que, dans l'avenir, la Russie ne refusera pas les lanceurs récupérables. La Russie ne mettra en service cette nouvelle technologie qu’une fois qu’elle sera suffisamment développée et fiable.

    Pour le moment, les ingénieurs russes se concentrent sur l'amélioration des technologies existantes et sur le développement de nouveaux moteurs ainsi que de nouvelles sources d'énergie pour les remorqueurs spatiaux.

    M. Komarov a également noté que Roskosmos voulait accélérer le développement d'un nouveau véhicule de lancement de la classe moyenne Phoenix et le construire avant 2025. Le développement de cette fusée sera le premier pas "vers la création d'un véhicule de lancement de la classe superlourd ", dont le projet initial sera présenté à la fin de cette année.

    Outre l’entreprise d’Etat, une société russe privée Kosmokours travaille sur des solutions aérospatiales. En particulier, la société développe un vaisseau spatial pour des vols suborbitaux. Il est prévu que l’engin soit en mesure de transporter six personnes, son vol durera environ 15 minutes. Le premier tour pourra être réalisé dès 2020.

    Voici un schéma du vol, proposé par Kosmokours.

    Une course des sociétés spatiales privées peut ouvrir de nouvelles voies en orbite tout en déclenchant une explosion des innovations technologiques.

    Un autre projet, prévoyant des vols suborbitaux sur des vaisseaux réutilisables est développé par la société Blue Origin, qui appartient au milliardaire Jeff Bezos, fondateur d'Amazon. Sa fusée, nommée New Shepard, avait été la première en 2015 à atterrir après un vol suborbital. L’équipe américaine a répété l'exploit avec succès deux fois par la suite.

    La compagnie du milliardaire Elon Musk, SpaceX, qui est déjà célèbre, opère aussi dans le domaine aérospatial, plus précisément, elle développe des fusées réutilisables, capables de lancer des satellites et de livrer des cargaisons à la Station spatiale internationale (ISS).

    Lire aussi:

    Des Russes en Guyane, ou 50 ans de bénéfices spatiaux mutuels
    Les événements militaires et spatiaux les plus attendus en Russie en 2016
    "C'est parti!" Prenez le "train spatial" à Moscou!
    Il y a 55 ans, tout l’Iran parlait du premier vol spatial habité
    Tags:
    modules spatiaux, récupération réussie, exploration de l'espace, moteurs de fusées, fusée, espace, Falcon 9, Soyouz (fusée), Proton-M, SpaceX, Holding spatial russe Roscosmos, Elon Musk, Igor Komarov, Terre, Atlantique, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik