Sci-tech
URL courte
21420
S'abonner

Des géophysiciens canadiens, russes et suédois ont résolu un problème séculaire: ils ont déterminé la période durant laquelle les anciens supercontinents Rodinia et Columbia ne formaient qu'un seul territoire, avant de se séparer.

L'étude des scientifiques a été publiée dans la revue Nature Geoscience.

"Dans cette nouvelle étude, nous concluons que le nord de la Laurentia (Amérique du Nord) et le sud de la Sibérie ne formaient qu'un seule et même territoire durant une période qui s'étale sur plusieurs milliards d'années, d'il y a 1,2-1,9 milliards d'années à il y a 700 millions d'années. Les géologues sont comme des détectives. C'est comme si nous arrivions à la scène du crime après le meurtre et que reconstruisions le puzzle", a souligné le coauteur de l'étude Kevin Chamberlain.

Il note que, lors de l'étude, les chercheurs ont découvert des échantillons des mêmes roches sur divers territoires des continents modernes qui ne faisaient qu'un par le passé.

L'emplacement, la composition et la structure chimique de ces roches indiquent une origine commune, ce qui signifie qu'auparavant, ils étaient fusionnés et, en particulier, faisaient partie d'un seul et unique supercontinent. La comparaison de l'âge des roches a été réalisée à l'aide de la datation par l'uranium-plomb.

Au total, les scientifiques ont trouvé environ 250 dykes, des filons de roches magmatiques. La comparaison des roches de ces dykes a permis de construire l'image des anciens continents âgés de 2.700-500 millions d'années.

En outre, l'étude peut également être utile pour prédire la présence de pétrole et de gaz.

Lire aussi:

La planète X dévoile ses secrets
La vie sur Terre est-elle venue de l'espace?
Un nouveau trou noir "monstrueux" intrigue les chercheurs
Un système spatial à trois "Soleils" découvert par les scientifiques
Tags:
roches, plateau continental, géologie, Terre, Suède, Canada, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook