Sci-tech
URL courte
3332
S'abonner

Le collisionneur russe de particules nommé NICA est entré dans la liste des projets scientifiques les plus prometteurs en Europe sur un pied d'égalité avec le Grand collisionneur de hadrons du CERN.

Le collisionneur NICA (Nuclotron-based Ion Collider fAсility) est conçu à partir du Nuclotron, un accélérateur supraconducteur, et est sur la feuille de route du Forum stratégique européen sur les infrastructures de recherche (ESFRI).

"NICA est le premier projet russe dans l'histoire à se retrouver sur la feuille de route du Forum stratégique européen. Pour nous, la reconnaissance officielle du NICA comme un projet international mégascientifique est beaucoup plus importante que la question du financement. De plus, notre projet a été reconnu comme l’un des plus prioritaires et des plus remarquables dans ce domaine de la physique. Donc, on aboutit à être sur un pied d'égalité avec les projets les plus importants, le Grand collisionneur de hadrons du CERN et le projet allemand de FAIR (Facility for Antiproton and Ion Research, ndlr)", raconte Grigori Troubnikov, directeur adjoint de l'Institut unifié russe de recherches nucléaires.

Le Forum stratégique européen sur les infrastructures de recherche rassemble des experts de tous les pays européens. De temps en temps, l'organisation publie une feuille de route des projets scientifiques européens les plus prometteurs.

Selon les représentants de l’institut, le but du projet est de déterminer comment étaient les premiers moments de la "vie" de l'Univers.

A l'aide du nouveau collisionneur, les scientifiques effectueront également des recherches dans le domaine de la science des matériaux, de la médecine, de la protonthérapie, de la radiobiologie et de l'électronique. Ils mèneront en outre des recherches relatives au recyclage et au traitement des déchets radioactifs ainsi qu'à la création de nouvelles sources d'énergie propre et de techniques cryogéniques.

La mise en marche du collisionneur NICA est prévue pour dans trois ans, en 2019. Vers 2023, le complexe devrait fonctionner à pleine puissance. Quant aux coûts, ils s'élèvent à 545 millions de dollars (près de 488 millions d'euros).

Lire aussi:

Un Boeing 737 se disloque lors de l'atterrissage en Inde, 20 morts et plus de 100 blessés - images
Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Une autre crise se profile à l’horizon et pourrait être pire que le Covid-19, affirme Bill Gates
Tags:
physique nucléaire, hautes technologies, physique, forum, science, Collisionneur NICA, Grand collisionneur de hadrons (LHC), Forum stratégique européen sur les infrastructures de recherche (ESFRI), Institut de recherches nucléaires de Doubna, Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN), Grigori Troubnikov, Doubna, Europe, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook