Sci-tech
URL courte
67952
S'abonner

Les premières manœuvres du nouveau propulseur nucléaire de fabrication russe auront lieu dans les années 2020.

Les progrès dans le domaine de l'énergie nucléaire ont permis aux scientifiques russes de "créer des propulseurs electronucléaires capables de porter des astronefs à une vitesse très élevée", a déclaré le directeur de l'Institut des matériels de réaction Dmitri Markov. Les créateurs du propulseur nucléaire envisagent d'organiser des essais terrestres dans un avenir proche.

Lancé en 2008, le programme de création d'un nouveau propulseur nucléaire est le fruit d'une collaboration entre l'Agence fédérale de l'énergie atomique russe Rosatom et l'entreprise d'Etat pour les activités spatiales Roscosmos. Il a pour but la création d'engins nucléaires à-même de se déplacer dans l'espace et de permettre aux astronefs d'atteindre le plus vite possible les autres planètes.

En mars dernier, le directeur de Rosatom Sergueï Kirienko, lors d'un discours dans le Conseil de la Fédération de Russie, a évoqué la possibilité de création d'un astronef doté d'un propulseur nucléaire qui permettrait d'atteindre la planète Mars en un mois et demi.

Divers travaux en vue de créer des propulseurs nucléaires ont été menés lors du XX siècle en Union soviétique et aux Etats-Unis. Le projet américain a pris fin en 1994, le projet russe en 1988. La catastrophe de Tchernobyl a eu un impact important sur l'opinion publique, précipitant la suspension des recherches dans ce domaine.

En mai 1988, la Fédération des scientifiques américains et le Comité des savants soviétiques pour la paix contre la menace nucléaire ont fait une déclaration conjointe contre l'utilisation de l'énergie nucléaire dans l'espace. Aucun pays n'a lancé de véhicules spatiaux à l'aide d'engins nucléaires depuis lors.

Lire aussi:

Qui a lancé le plus de fusées-porteuses en 2015?
ISS: le vaisseau de ravitaillement a réussi à s'amarrer
Didier Raoult interpelle l'OMS sur le remdesivir et en dénonce les effets secondaires
Tags:
vaisseau spatial, propulseur nucléaire, Rosatom, Holding spatial russe Roscosmos, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook