Sci-tech
URL courte
16103
S'abonner

Des astrophysiciens américains espèrent étudier l'énergie sombre en se basant sur le principe de la célèbre matriochka russe.

Des astrophysiciens de l'Université d'Etat de l'Alabama basée à Huntsville (sud-est) ont proposé d'utiliser les données des observatoires spatiaux et terrestres afin de mettre au point une nouvelle méthode de détection de l'énergie sombre. 

Cette approche se base sur le fait que les rayons X émis par des amas de galaxies et la distance jusqu'à elles ont des caractéristiques variables qui dépendent de leur masse, lit-on sur le site de la Nasa.

Des chercheurs ont étudié plus de 320 amas de galaxies situés à 0,76-8,70 milliard d'années lumières de la Terre. D'après les estimations des astrophysiciens, cela correspond au moment où le ralentissement de l'Univers a succédé à son élargissement.

"Les amas de galaxies ressemblent aux poupées russes dont les figures les plus petites ont la même forme que les plus grandes. Cela permet notamment de mesurer précisément la distance qui les sépare grâce à la comparaison des groupements de galaxies", a déclaré l'auteur de la recherche Andrea Morandi.

Les scientifiques supposent que ces derniers milliards d'années, les caractéristiques de la matière et de l'énergie sombres n'ont pas changé. Cela signifie en particulier que l'énergie sombre représente une constante figurant dans les équations de la théorie générale de la relativité d'Albert Einstein et non pas un champ variable.

Un trou noir
© AFP 2021 EUROPEAN SOUTHERN OBSERVATORY
Cette méthode permettra de vérifier un Modèle standard de la cosmologie. Si les paramètres cosmologiques supposés sont erronés, les amas de galaxies éloignés seront différents, c'est-à-dire que leurs caractéristiques ne correspondront pas à celles prédites par la théorie. 

Grâce à cette nouvelle approche, les astronomes comptent mesurer les rythmes d'élargissement de l'Univers à partir du moment du Big Bang. La vitesse de ce processus est déterminée par l'énergie sombre et la matière noire dont la nature reste toujours incertaine.

Lire aussi:

Une naine brune errante découverte non loin du Système solaire
L’atmosphère de Pluton livre ses secrets
Boum ! Les astéroïdes ne passeront plus
Étoiles rares, galaxies secrètes et autres merveilles cosmiques
Tags:
poupée russe, énergie sombre, univers, matière noire, galaxie, espace, NASA, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook