Ecoutez Radio Sputnik
    Des tatouages couvrent le cou de la momie.

    Des tatouages d'animaux et de fleurs couvrent le corps d'une momie égyptienne

    Anne Austin
    Sci-tech
    URL courte
    1121
    S'abonner

    Les archéologues ont découvert des tatouages uniques sur le cou, les épaules, le dos et même les hanches d'une momie de femme mise au jour au XIXe siècle dans le village antique de Deir el-Madina, en Egypte. Selon les scientifiques, il pourrait s'agir de symboles sacrés.

    "Vous pouvez regarder cette femme de n'importe quel angle, vous trouverez toujours des yeux divins qui vous regardent. La réalisation de ces tatouages pouvait prendre beaucoup de temps et une partie d'entre eux sont assez douloureux. Si cette femme s'est engagée dans une telle torture cela veut dire qu'elle-même et son entourage croyaient au pouvoir magique de ces tatouages", a déclaré Anne Austin, de l'Université Stanford (Etats-Unis), citée par le magazine Nature.

    La momie date de 3.000 ans, donc ces tatouages pourraient être les plus anciens échantillons de cet art du corps découverts à ce jour. D'ailleurs, ils ont été trouvés par le plus grand des hasards. Les scientifiques examinaient les momies mises au jour au XIXe siècle par des archéologues français à Deir el-Madina, non loin de la Vallée des Rois. A l'époque, ce village était habité par des artisans engagés dans la construction des chambres funéraires des "maîtres des Deux Terres".

    Toutes les momies faisant objet de l'étude datent approximativement des années 1300 à 1070 av. J.-C., soit de l'époque des pharaons des XIXème et XXème dynasties.

    En examinant la dépouille de la femme, dont il ne reste que le corps, Mme Austin a remarqué des rayures inhabituelles sur son cou. La scientifique les a d'abord prises pour des dessins qui ont été faits après la momification. Mais ensuite, comme on avait déjà découvert des tatouages en forme de traits et de points sur d'autres momies, Mme Austin a décidé d'examiner le corps de la défunte avec un capteur infrarouge. C'est alors qu'elle a déterminé que cette momie était couverte de 30 tatouages, dont certains étaient invisibles à l'œil nu.

    Par exemple, sur ses hanches elle a trouvé des fleurs de lotus, sur les bras des vaches (animaux sacrés de la déesse de l'amour et de la beauté Hathor), sur les épaules des babouins. Sur le cou et le dos de la momie l'on distingue les yeux de Ouadjet, destinés à la protéger contre les maladies, le mauvais sort et le mal.

    Réunis pour une réunion annuelle des anthropologues à Stanford, les scientifiques ont noté qu'il s'agissait de la première trouvaille de ce genre, de ce fait le but de ces dessins ainsi que leur rôle restent à être déterminés. D'ailleurs, cette découverte a poussé les archéologues à réexaminer les autres momies découvertes au XIXe siècle.

    Lire aussi:

    Un tombeau vieux de 2.000 ans découvert en Chine
    Le tombeau de Toutânkhamon recèle une chambre secrète
    Toutankhamon gît-il dans une tombe destinée à une femme?
    Des pièces secrètes dans le tombeau de Toutankhamon
    Une momie de chiot préhistorique, trésor paléontologique découvert en Iakoutie
    Tags:
    tombe, tatouage, découverte, chercheurs, momie, science, Université Stanford, Egypte, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik