Ecoutez Radio Sputnik
    L'appli Facebook

    Facebook Messenger lance de nouveaux émojis féministes

    © Photo. Pixabay
    Sci-tech
    URL courte
    0 110

    Facebook cherche à aider les internautes à mieux présenter la diversité du monde.

    Facebook Messenger va incorporer des emojis sexospécifiquement neutres. Il s'agît d'images de personnes qui ne sont associées ni avec les hommes, ni avec les femmes, lit-on sur la page officielle de Messenger.

    De plus, de nouveau émojis consacrés aux femmes de différents métiers seront mis à l'usage, dont une présidente, une coureuse, une nageuse, une surfeuse et une policière. Dans un proche avenir, les créateurs envisagent d'élargir la liste des métiers.

    Les internautes auront désormais la possibilité de choisir la couleur de peaux des émojis ou changer la couleur de ses cheveux, qui pourront être non seulement bruns ou blonds mais aussi roux.

    Selon Facebook, un des objectifs principaux de cette innovation est de présenter le monde dans toute sa diversité. Les nouveaux émojis aideront les internautes à mieux présenter le monde qui les entoure. Ils seront accessibles sous peu.

    Le 11 mai, Google a déclaré que d'ici fin 2016 il allait lancer des émojis féministes qui refléteront le rôle des femmes dans divers domaines de la vie. Selon les créateurs, les émojis visent à maintenir l'égalité des sexes sur le lieu de travail.

    L'émoji est un langage graphique où des images sont utilisées au lieu de mots. Il est utilisé sur les réseaux sociaux et dans les messageries. Ils sont apparus au Japon et leur usage s'est sont vite répandu dans le monde entier.

    Lire aussi:

    Twitter, YouTube, Facebook, et Microsoft déclarent la guerre aux propos haineux
    Microsoft et Facebook installeront un câble entre les Etats-Unis et l’Europe
    Facebook accusé de parti pris politique
    Facebook rejette les accusations de censure et publie ses règles internes
    Tags:
    féminisme, émoticône, Facebook, Inc
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik