Sci-tech
URL courte
71110
S'abonner

L’évolution de la technologie pose bien des questions philosophiques, à savoir si l’humain serait encore humain s’il augmentait les capacités de son corps à grands renforts de membres artificiels et de puces ou si l’intelligence artificielle pourrait asservir l’Homme.

Les hommes ont déjà aujourd'hui des "super pouvoirs" grâce à l’accessibilité de leurs smartphones et PC au quotidien, qui leur permettent d’accéder à des ressources quasi illimitées, a affirmé le fondateur de Tesla et SpaceX, Elon Musk, intervenant à la Code Conference 2016. 

"Nous sommes déjà des cyborgs (…) Nous avons déjà une version numérique de nous-mêmes (…) Nous avons plus de pouvoir que le président des Etats Unis il y a 20 ans", a déclaré devant un public ahuri M.Musk, en invitant l'humanité à embrasser cette révolution avant qu’elle ne l'écrase. 

Il préconise de pousser le développement d’interfaces qui pourraient interagir directement avec le cerveau humain via des implants, bien que les perspectives de telles technologies puissent être effrayantes. 

Elon Musk prétend que les humains seraient réduits à n’être que des "animaux de compagnie pour leurs suzerains robotiques", devenant si peu avancés par rapport à eux que l'utilité même de l'homme serait remise en cause. 

Le fondateur de Tesla et SpaceX serait toutefois bien plus concerné par le rôle de Google dans la création de l’intelligence artificielle, qu’il semble juger être le plus grand danger.

Elon Musk a insisté sur ses craintes concernant l’intelligence artificielle, dont l’humain est progressivement en train de se rendre dépendant.

"Plus on devient dépendant d’une intelligence artificielle, plus celle-ci a de pouvoirs sur nous", a-t-il souligné.

On se souvient aussi qu'Elon Musk a déjà annoncé qu’il voulait envoyer des hommes sur Mars en 2025, en prévision d’un projet de colonisation. 

Lire aussi:

Les drones prochainement remplacés par des insectes-cyborgs?
Le Pentagone élabore-t-il une armée de cyborgs?
Décès de patients, statistiques troublantes et pressions: faut-il s’inquiéter du vaccin de Pfizer?
«Détruire le pays pour une maladie avec une mortalité aussi faible relève du pétage de plombs» - vidéo
Tags:
danger, technologies, Code Conference 2016, Google, SpaceX, Elon Musk, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook