Sci-tech
URL courte
10120
S'abonner

Aux États-Unis, un jeune homme a bénéficié d'une nouvelle technologie qui permet aux patients attendant une transplantation cardiaque de survivre longtemps sans cet organe vital.

Stan Larkin, 25 ans, a vécu 17 mois sans son "moteur humain". Un appareil spécial, porté dans un sac à dos, a remplacé le cœur de ce jeune américain, raconte CNET.

Il y a 10 ans, Stan et son frère aîné ont appris qu'ils souffraient d'une cardiomyopathie familiale, une maladie du myocarde héréditaire. A partir de 10-20 ans, le cœur de ces malades commence à lâcher. 

En décembre 2014, les chirurgiens ont enlevé le "moteur" de M. Larkin et l'ont remplacé par un cœur artificiel, qui se connecte à l’appareil portable appelé SynCardia Freedom Portable Driver, qui pèse environ 6 kg, et qui est capable de pomper le sang à travers le corps.

Le dispositif est conçu pour les patients dont le cœur s’est complètement arrêté. L’appareil est une vraie innovation, car c’est la première pompe de sang portable. On peut la porter partout dans son sac à dos. D’autres cœurs artificiels existent déjà, mais pour bien fonctionner, il faut les connecter à des dispositifs fixes, qui pèsent plusieurs centaines de kilogrammes. En 2014, l’appareil SynCardia Freedom Portable Driver a passé tous les essais cliniques.

Il y a deux ans, des chirurgiens australiens ont été les premiers à avoir transplanté à trois patients des cœurs artificiels. La transplantation d'un "cœur mort" a été considérée comme un événement historique, car cette innovation devrait permettre de sauver au moins 30% de vies supplémentaires. 

La demande d'organes pour la transplantation dépasse considérablement l'offre existante. Rien qu'aux USA, environ 121.000 personnes attendent une greffe. Chaque jour, le manque d’organes coûte la vie à 22 personnes.


Lire aussi:

Un pas en avant vers la greffe de tête humaine
Russie-Italie: une opération de greffe de tête
Transplantation réussie d’une cage thoracique imprimée en 3D
Une prothèse pour enfants legocompatible
Tags:
transplantation, greffe, cœur, chirurgie, médecine, Stan Larkin, Australie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook