Ecoutez Radio Sputnik
    ADN

    Une panacée génétique bientôt aux mains des chercheurs?

    © Photo. youtubify.ru
    Sci-tech
    URL courte
    283

    Aujourd'hui, la technologie génétique baptisée Crispr-Cas9 suscite un intérêt croissant tant de la part des chercheurs que de ceux qui s'intéressent aux biotechnologies. La plupart pensent que cette méthode permettant de modifier le génome aidera à guérir des maladies génétiques et même à créer un "homme idéal".

    A l'aide du système Crispr-Cas, il est possible d'éliminer entièrement une mutation de l'ADN. Ainsi, les généticiens remplacent cette partie par une séquence saine qu'ils ont créé. Cette procédure permet de "réparer" les mutations provoquant des maladies graves.

    Ainsi, lors de l'étude du système Crispr-Cas, il s'est avéré qu'il y en avait plusieurs types. L'un d'eux, au lieu de coder l'ensemble des protéines, en code seulement une, nommée Cas9.


    Cas9 est une endonucléase, c'est-à-dire une enzyme spécialisée pour couper l'ADN avec deux zones de coupe actives, une pour chaque brin de la double hélice. Cette enzyme peut être utilisée pour modifier plus facilement et rapidement le génome des cellules animales et végétales.

    Parmi toutes les recherches inspirées par cet outil génétique prometteur, la plus ambitieuse est celle qui vise à guérir les virus retroviridae, y compris le VIH. 

    Récemment, les chercheurs ont découvert que le génome des cellules atteintes en général par le virus de l'immunodéficience, les lymphocytes T, contenait quatre inclusions virales et toutes avaient été détruites grâce au nouveau système.


    En avril 2016, les généticiens ont déclaré qu'ils avaient modifié les gènes d'embryons afin de les immuniser contre le VIH. Grâce à la méthode Crispr, ils ont réussi à implanter dans leur ADN un gène que possèdent les gens qui sont à l'abri à l'infection.

    Crispr pourrait également être utile dans la lutte contre le cancer. L'article publié dans Nature Biotechnology a démontré que grâce à Cas9 il est possible de désactiver certains gènes et de cette manière définir leur rôle dans la transformation de cellules bénignes en malignes.

    En conclusion, on peut dire qu'en l'état actuel des choses, la méthode Crispr n'est pas dangereuse. Cependant, les interrogations persistent du fait qu'il est encore trop tôt pour traiter les maladies génétiques en utilisant une technologie insuffisamment développée dont on ne peut garantir qu'elle soit complètement fiable.

    Lire aussi:

    L’ADN humain artificiel au centre d’une réunion ultrasecrète aux Etats-Unis
    Sommes-nous tous des Belges ? Une analyse ADN dévoile les ancêtres des Européens
    Une analyse ADN confirme la culpabilité des Européens dans le génocide des Indiens
    De l’ADN ancien révèle un croisement entre différentes espèces humaines
    Tags:
    médicaments génériques, ADN
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik