Sci-tech
URL courte
8184
S'abonner

Les taches solaires ont disparu. Depuis près d'une semaine, on ne voit plus de zones sombres sur la surface de l'astre, alors que d'habitude leur nombre se compte par centaines. Est-ce dangereux pour les êtres humains?

Selon l'astronome et vulgarisateur de la science russe Vladimir Sourdine, l'absence de taches sur le Soleil est un phénomène parfaitement normal.

"L'activité solaire s'affaiblit de temps en temps. En règle générale, cela se produit une fois tous les 11 ans. C'est pourquoi dans un avenir proche il y aura très peu de taches sur la surface de l'astre ou il n'y en aura pas du tout", a expliqué le chercheur.

D'après lui, une intensification de l'activité solaire est attendue d'ici cinq ans. C'est alors que le nombre de taches, ainsi que leurs dimensions, augmenteront.

Ces changements n'exercent pratiquement aucune influence sur la vie des gens, a souligné l'astronome. L'intensification de l'activité solaire ne présente un danger que pour les spationautes, car ils reçoivent une forte dose de radiation. Elle peut en outre avoir un effet négatif sur les équipements électroniques des satellites.

Les taches solaires sont des zones de la photosphère (surface du Soleil) qui se distinguent par une température inférieure à leur environnement. Cette baisse de température est provoquée par des perturbations du champ magnétique de l'astre. Le nombre de taches dépend du niveau d'activité solaire.

Lorsque l'activité solaire est peu intense, les couches supérieures de l'atmosphère terrestre se refroidissent et se condensent en attirant les "déchets spatiaux" plus près de la Terre. La dernière fois, l'activité solaire a atteint son point culminant en 2014: à cette époque, 116 taches ont été enregistrées sur la photosphère.

Lire aussi:

Mercure a rendez-vous avec le Soleil, sous les yeux des Terriens
Les lémuriens qui prennent le soleil
Le Soleil pourrait-il détruire la vie terrestre?
Tags:
taches solaires, photosphère, Vladimir Sourdine, Soleil
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik